4 idées pour rendre vie à la place des Musées (Bruxelles)

Chaque bureau a réinterprété la place et son puits de lumière. Aujourd’hui peu mise en valeur, la charmante place du Musée s’est au fil des années transformée en parking à ciel ouvert…

MSA/Bas Smets/JNC International/Art&Build

Deux associations ont organisé un concours d’architecture pour réaménager ce bijou délaissé du centre de Bruxelles, à deux pas du Mont des Arts.

C’est aujourd’hui un espace qu’on traverse sans voir. Un parking, somme toute utile aux visiteurs du splendide quartier des arts. La Place du Musée, située entre le Mont des Arts et les Musées Royaux des Beaux-Arts, est pourtant un lieu gorgé d’histoire, qui notamment abrite le somptueux Palais de Charles de Lorraine et sa coquette chapelle palatine.

« Cette place du Musée est, hormis la Grand-Place, la plus belle de Bruxelles: elle a modèle classique, des courbes très heureuses et une déclivité qui est un point fort. Mais la place en tant que telle ne fonctionne pas. Personne ne s’y arrête. Beaucoup de Bruxellois ne la connaissent pas », déplore Michel Van Roye, secrétaire général de l’association Quartier des Arts, qui veut « refaire de cette place un lieu convivial, un lieu ouvert, où les gens s’arrêtent ».

Cette association, qui comme à son habitude « veut proposer des solutions aux autorités publiques », a lancé, en collaboration avec l’ASBL Mont des Arts un « concours d’idées » en vue de réaménager la place: plusieurs bureaux d’architectes ont été sollicités afin de redessiner le lieu. Un concours qui a également pour vocation de contribuer au futur cahier des charges.

Différentes versions du puits de lumière

Tous les candidats proposent une version de la place plus ouverte sur le Mont des Arts, avec une réutilisation, parfois minimaliste et parfois grandiloquente du « puits de lumière » qui donne sur le musée fin-de-siècle. Tous accordent une grande place à la végétation, actuellement absente du site.

Art & Build Architecture

Le projet du bureau Art & Build Architecture consiste en une grande agora, avec terrasses, espaces verts. « Le lieu pourra dès lors accueillir des concerts, devenir un lieu de plaisir », indique l’architecte, qui verrait bien un « parc de sculptures » public prendre place à cet endroit, à l’instar d’autres villes internationales.

Bas Smet

Le bureau Bas Smets a quant à lui opté pour une tout autre approche et a imaginé une impressionnante construction en forme de voûte, partant des sous-sols du musée et s’élevant au niveau de la place, à l’intérieur de laquelle s’épanouissent des arbres. « Une version bruxelloise du Louvre », comme l’appelle Bas Smets.

JNC International

Au bureau JNC International, la circularité joue, comme chez Art & Build, un rôle primordial. Le projet prévoit des gradins autour du puits de lumière, qui est en partie couvert et éclaire le musée « de manière indirecte ». Lorsque le soleil s’est éclipsé, c’est d’ailleurs le musée qui contribue alors à l’éclairage de la place.

MSA

Enfin, le projet du bureau MSA prévoit une nouvelle entrée au musée souterrain par la place et une grande ouverture sur le Mont des Arts. Le puits de lumière est quant à lui recouvert, et remplacé par des petits trous de lumière çà et là.

Un objectif 2030

Les idées ne manquent donc pas… mais quid des moyens financiers? Du côté des autorités, l’initiative de l’association est en tout cas accueillie chaleureusement. La place faisant partie intégrante du complexe muséal sous la coupole fédérale, c’est le ministère du secrétaire d’État en charge de la Politique scientifique Thomas Dermine (PS) qui devra donner les impulsions financières. « Investir dans les symboles de nos institutions n’est pas de l’argent perdu », assure le socialiste carolorégien, qui se fixe, comme le Quartier des Arts, l’objectif 2030, le bicentenaire de l’État belge, pour finaliser les grands projets de rénovation symboliques, comme le Cinquantenaire.

Art&Build

Du côté de la Ville de Bruxelles, on se montre cependant prudent quant à l’agenda. « La première étape sera la concertation avec le fédéral et la Région », indique l’échevine de l’Urbanisme, Ans Persoons (Vooruit), qui ne cache pas sa préférence pour les projets qui créent des synergies et des ouvertures sur le musée.

Les différents projets peuvent être consultés dans la rotonde du palais de Charles de Lorraine jusqu’au 18 février, de 11h à 17h.

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages