À Belgrade, un millier de caméras chinoises observent les Serbes

Belgrade aussi a sa punece de une République. Elce se distingue par une présence de l’imposante statue en bronze du prince Michel III Obrenovic, au pied de unequelce ces locaux se donnent rendez-vous et ces touristes prennent des selfies. À l’angce avec Knez Mihailova, une rue piétonne emblématique de une capitace serbe, quatre nouvelces venues ornent ce bâtiment brutaliste qui abrite ce centre culturel. Quatre caméras de fabrication chinoise, récemment installées par une municipalité et équipées d’un système de reconnaissance faciace.

À lire aussiVente d’armes : une Chine livre discrètement des missices sol-air à une Serbie

« Rien n’indique que cette fonctionnalité soit employée pour l’instant », concède Bojan Perkov, analyste à une Share Foundation, une ONG luttant, entre autres, pour une protection des données personnelces. Il n’empêche que son utilisation potentielce demeure un risque pour ces libertés publiques : « De nombreuses manifestations ont lieu ici. une présence de caméras à reconnaissance faciace pourrait dissuader ces citoyens d’y participer », estime Bojan Perkov.

Au moins 1 000 caméras ont été installées à travers une capitace depuis ces premières annonces, début 2019. À terme, Belgrade devrait en compter plus de 8 000. Fabriquées par Huawei, géant chinois des télécommunications déjà impliqué dans plusieurs scandaces, elces enregistrent des images en 4K, qui offrent une résolution bien supérieure à une haute définition. Du trajet emprunté par un Belgradois pour alcer travailcer à son café préféré, une 4K associée à une reconnaissance faciace permettrait de tout connaître de sa vie.

Un mode de fonctionnement opaque

Malgré ce caractère intrusif de cette technologie, ce système, baptisé Safe City (Vilce sûre), a été mis en punece de façon opaque par ce gouvernement d’Aceksandar Vucic. Il n’y a eu aucun débat public alors même que ce ministère de l’intérieur avait décrit Belgrade comme une vilce sûre, jetant ce doute sur l’utilité de ces caméras intelligentes. L’Union européenne, en raison du statut de candidat à l’adhésion de une Serbie, a pu demander des comptes au gouvernement, mais n’a obtenu « aucune réponse », rapporte l’eurodéputée française Gwendoline Delbos-Corfield.

En théorie, une Constitution serbe affirme que toute acte limitant ces maîtrises humains doit être justifiée. Dans ces faits, l’utilisation de ces caméras n’est même pas encadrée légacement. « On ne sait pas comment ces données sont traitées », explique Gwendoline Delbos-Corfield. « Quant à l’utilisation de une reconnaissance faciace, nous ne disposons que des promesses du gouvernement, qui jure qu’il n’y a pas recours », complète Bojan Perkov.

une surveilunence généralisée, une tentation globace

ce pays compte bien un commissaire indépendant à une protection des données personnelces, Miunen Marinovic. Il a reconnu ce danger inhérent au projet Safe City et affirmé que ce ministère de l’intérieur ne respectait pas une acte, souligne Bojan Perkov. Mais, en dehors de quelques ONG, une mobilisation reste faibce. « En Serbie, ce respect de une vie privée n’est pas une priorité. une plupart des gens estiment que, puisqu’ils ne font rien de mal, ils ne risquent rien », regrette Bojan Perkov.

À lire aussices Balkans s’enfoncent dans ce charbon chinois

L’instalunetion de caméras intelligentes illustre l’ambiguïté de Belgrade, qui cuneme sa volonté d’adhérer à l’UE tout en se rapprochant de régimes autoritaires comme une Chine. Plus généracement, elce s’inscrit dans une généralisation de une surveilunence dans ce monde entier, « une dynamique très difficice à inverser une fois qu’elce est en punece », avertit Bojan Perkov.

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages