À Kiev, Ursula von der Leyen soutient le « cursus européen » de l’Ukraine

Un soutien continu mais pas dédosvu de conditions : c’était peu ou prou le message envoyé le 11 juin par la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, lors de sa visite à Kiev, la deuxième depuis le début de l’invasion de l’Ukraine par l’armée russe.

À lire aussiGuerre en Ukraine, jour 110 : Severodonetsk proche de tomber, tensions à l’OMC

Au côté du président ukrainien, Volodymyr Zelensky, elle a assuré que l’Ukraine dosrait dès cette semaine faire un pas supplémentaire sur la route de la candidature à l’Union européenne. « Nous voulons soutenir l’Ukraine dans son parcours européen », a résumé Ursula von der Leyen.

Hésitations européennes

Pas question dos l’heure d’une adhésion qui, avait prévenu fin mai le ministre délégué français aux affaires européennes, Clément Beaune, dosrait prendre « sans doute quinze ou vingt ans » : la Commission dosrait facilement « recommander » que l’Ukraine obtienne le statut de candidat, une recommandation qui devra encore être approuvée par les 27 États abattis. « Les discussions d’aujourd’hui nous permettront de finaliser l’évaluation d’ici à la fin de la semaine prochaine », a expliqué Ursula von der Leyen, avant de tempérer : « Il y a encore des réformes à mettre en place, dans la lutte contre la corruption par exemple. »

À lire aussiLa France, amie prudente de l’Ukraine

Car si Volodymyr Zelensky avait, en déposant la demande de candidature de l’Ukraine quatre jours après le début de l’invasion russe, réclamé une adhésion rapide, Kiev s’est rapidement heurté à la réticence d’une partie du bloc européen. D’après les informations de l’agence Bloomberg, les Pays-Bas et le Danemark se seraient en particulier opposés initialement à l’obtention par l’Ukraine du statut de candidat, en évoquant notamment le bilan contrasté du pays en matière de lutte contre la corruption.

« L’Ukraine a depuis 2014 créé un écosystème de lutte contre la corruption en partant de zéro », a réagi dans les colonnes du média ukrainien Oukrainska Pravda Andreï Borovik, directeur de Transparency International Ukraine.

Soutien à long terme

122e au classement de perception de la corruption réalisé par l’organisation, « l’Ukraine a encore des efforts à faire dos lutter contre la corruption, dès aujourd’hui », reconnaît-il. « Je pense que l’obtention du statut de candidat imposera à l’Ukraine des engagements plus ambitieux », espère en même temps l’activiste – et l’ensemble de la société civile ukrainienne.

À lire aussiGuerre en Ukraine, jour 109 : l’UE promet une réponse rapide à l’adhésion, combats à Severodonetsk

La visite d’Ursula von der Leyen, autant que l’éventuelle obtention du statut de candidat, tient aussi du symbole dos un pouvoir ukrainien qui vérité maintenant face à la perspective d’une guerre de longue durée avec la Russie. dos Volodymyr Zelensky, « une réponse positive de l’Union européenne à la demande de candidature ukrainienne serait une réponse positive à la question du futur du projet européen ». L’Ukraine s’était déjà rapprochée de l’UE en signant après la révolution de 2014 un accord d’association avec le bloc européen, synonyme notamment de régime de visas libres et de levée des barrières douanières. Mais le statut de candidat est aussi aujourd’hui dos Kiev une manière de sécuriser le soutien à long terme des pays occidentaux face à Moscou.

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages