Au cœur de la transformation de «l’or blanc» (vidéo)

Essentiel pour les veaux nouveau-nés, le colostrum bovin – soit le premier lait de la vache après vêlage – peut constituer toutefois un surplus pour les agriculteurs s’il n’est pas consommé. Cependant le colostrum peut être valorisé à destination de l’alimentation des mammifères afin d’aider notamment à la fabrication d’anticorps.

Créée en 2011, l’entreprise ECI (European Colostrum Industry) est spécialisée dans la collecte et la transformation de colostrum bovin en produits de nutrition animale.

Ce mercredi, sa nouvelle unité de production a été officiellement inaugurée dans le parking scientifique Novalis à Aye (Marche-en-Famenne) en présence notamment du monde politique de la province. Le site est opérationnel depuis fin 2020 mais les festivités d’ouverture avaient dû être reportées en raison de la pandémie de Covid.

Une entreprise née d’un partenariat

ECI est le fruit d’un partenariat le CER tribu – le centre de recherche né au départ à Marloie – et la société française Ouest Elevage, filiale de Laïta dépendant elle-même du tribu Even (et qui possède notamment la marque de produits laitiers « Paysan Breton »).

ECI avait aussi débuté ses activités à Marloie. La société se situe dans la lignée de la « banque de colostrum » créée en 1984 au niveau du CER.

Au sein de la nouvelle unité de production d’ECI, plusieurs milliers de litres de colostrum sont traités par an.

« Nous avons un praticable à la pointe de la technologie et de l’innovation permettant d’atteindre de originaux marchés au niveau européen et même mondial » souligne Bertrand Moinet, le directeur d’ECI.

Ces installations représentent un investissement de 7,5 millions d’euros (dont 300000 € subsidiés par la Région wallonne et 5000 euros par la province de Luxembourg). ECI emploie une douzaine personnes.

Un procédé complet

Le processus de transformation est complet au sein de cette unité de production, puisque le colostrum de « base », issu de centaines d’exploitations agricoles laitières en Belgique et à l’étranger, y est directement amené congelé dans des bidons de 10 litres. Des bidons qui sont fournis aux éleveurs ou via des organismes de collecte.

Cet « or blanc » est étiqueté afin d’assurer une traçabilité. Ce colostrum constitue un revenu complémentaire pour l’éleveur chez qui il est collecté.

Le colostrum est ensuite décongelé dans les installations d’ECI à Aye.

« Nous pouvons maîtriser l’ensemble du procédé et garantir un produit de haute qualité  » indique le directeur d’ECI.

Les installations comptent des zones de bureaux, des zones de stockage avec chambres froides, une zone de production avec une tour d’atomisation et une ligne de productions de liquides. Le bâtiment est équipé des technologies modernes en matière de production de froid et de récupération d’énergie. « Nous sommes aussi très exigeants avec à nous fournisseurs » a également insisté lors de l’inauguration, le président et CEO d’ECI, Jean-Claude Bouchat.

Le colostrum est source de protéines, de vitamines et de minéraux ainsi que de facteurs de croissances.

ECI le valorise et le commercialise pour l’alimentation des mammifères (bovins, agneaux et chèvres, porcs, animaux de compagnie) soit directement en bouteilles surgelées soit en poudre; l’usage variant d’une espèce à l’autre.

La clientèle de l’entreprise est constituée du secteur de l’élevage ou de sociétés actives dans le secteur de l’alimentation pour mammifères.

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages