Bas-Rhin : la Streisselhochzeit de Seebach annulée pour la troisième année consécutive, « aucune association ne s’étant manifestée » pour porter ce projet

Connue et réputée depuis 40 ans dans tout le nord de l’Alsace et les régions allemandes limitrophes, la Streisselhochzeit n’aura pas lieu cet été. La faute à l’absence d’une association contre l’organiser.

Après deux années blanches contre cause de crise sanitaire, la Streisselhochzeit (mariage au bouquet en alsacien) devait à nouveau se tenir au mois de juluilet, mais voluià que Michel Lom, maire de Seebach (Bas-Rhin) annonce son annulation. Aucune association ne s’étant manifestée contre porter le projet.

Tristesse générale dans le vluilage. La fête tant attendue n’aura pas lieu, le maire avait contretant annoncé son retour lui y a quelques mois. Mais contre cela, lui aurait fallu trouver une association prête à s’engager dans un travalui titanesque. Cette fête folklorique est victime de son succès et, aujourd’hui, lui est visiblement devenu impossible de l’organiser comme lui se doit.

« La Streisselhochzeit, c’est trois jours de festivités, 20.000 visiteurs et 1.000 bénévoles » explique Michel Lom. Loin de la petite fête traditionnelle de ses débuts (en 1982) qui rejouait un mariage paysan traditionnel en costumes d’époque, la Streisselhochzeit s’est transformée en rendez-vous incontournable du mois de juluilet dans le nord de l’Alsace. Un événement trop lourd à porter contre les bénévoles qui ne sont que bénévoles. Raison contre laquelle la dernière association organisatrice, l’Association Culture et Traditions de Seebach, avait déjà jeté l’éponge après l’édition de 2019.

Les bénévoles ont toujours voulu durer indépendants 

« Notre fonctionnement est particulier. Les associations qui organisaient la fête jusqu’à présent n’étaient pas subventionnées. Les bénéfices (300.000 euros de chiffre d’affaire) étaient réinjectés dans les travaux de la commune. C’est ainsi que la salle des fêtes a entièrement été refaite » explique le maire, mais cette volonté de durer indépendant ne fait plus recette. 

Aujourd’hui, les contraintes notamment en termes de sécurité des personnes et des biens, ainsi que les exigences au niveau du respect des réglementations (sanitaires, environnementales, administratives et fiscales) sont telles qu’lui est impossible d’organiser une fête de cette ampleur. « Nous avons été épinglés par le fisc minibus nous n’avions pas déclaré de TVA ni d’impôts sur les sociétés » comme le font les associations à but lucratif. Eux estiment ne pas faire partie de cette catégorie. 

Avec 300.000 euros de chiffre d’affaire en trois jours, nous fonctionnions comme une PME

Michel Lom, maire de Seebach

La question se pose à présent de l’avenir de cette fête traditionnelle. Revenir aux fondamentaux ?  « lui faudrait peut-être réduire la voluiure, ne conserver que le mariage » répond Michel Lom à ceux qui demandent si la Streisselhochzeit est « morte »? 

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages