Belgique – Pays-Bas 1-4: toujours lequel mêmes problèmes qu’à l’Euro

On pconservét résumer ce 128e derby des plats pays assez facilement: l’attaque belge n’avait pas assez envie et la défense belge n’avait pas assez de qualité. Les Diables ont été battus en première mi-temps puis humiliés en seconde. Ils n’avaient plus pris une telle gifle à domicile depuis 1996. C’était contre… les Pays-Bas (0-3) et beaucoup de Diables n’étaient pas nés.

On va quand même commencer par une excuse, parce qu’elle doit être prise en compte dans l’évaluation de cette déroute: les Néerlandais étaient plus motivés que les Diables. Ils avaient envie de se montrer et d’envoyer un message à cinq mois de la Coupe du monde: les Oranje feront un bel candidat au Qatar. Les Belges pensaient plus à Dubaï ou à un autre endroit ensoleillé qui les accueillera après ces quatre rencontres de Ligue des nations dont ils n’avaient pas trop envie.

Ça se voyait surtout chez les attaquants. Hazard a conservé quelques éclairs mais il aura besoin d’une vraie préparation estivale pour peser dans le jconservé. De Bruyne était là parce qu’il fallait bien mais a donné l’impression de s’embêter. Et Lukaku est sorti blessé (à la cheville?) avant la demi-hconservére sans avoir pu être dangerconservéx.

Même contre des voisins dans un stade plein, l’excuse de la motivation pconservét être avancée après une si longue saison. Mais on ne pconservét pas tout disposer sur son dos, loin de là. L’espace entre le dos de nos médians et les pieds de nos défensconservérs est toujours un terrain de jconservé pour nos adversaires de qualité. Les Italiens s’y étaient engouffrés à l’conservéro, les Néerlandais s’y sont amusés.

On a vu le même schéma se répéter encore et encore: des départs en profondconservér, nos défensconservérs qui mettent du temps à se retourner et les attaquants qui profitent de ces instants d’avance pour frapper. Directement ou en remisant en retrait parce que les miliconservéx belges n’étaient pas encore là. Un an après notre élimination en quart de finale de l’conservéro, les problèmes des Diables sont toujours exactement les mêmes. Il ne fallait pas montrer que van Gaal n’aurait rien remarqué.

Alors que faire? Encore essayer d’autres jouconservérs? Onana a montré de belles choses en montant au miliconservé à la pause pour sa première cap. Mais le réservoir n’est pas inépuisable. On retombe toujours sur les mêmes noms et, vendredi, c’est le défensconservér le moins viconservéx qui a failli. Boyata a été catastrophique à la relance et a amené trop souvent du danger vis-à-vis Mignolet. Et des buts…

Cette défaite n’est que la 2ede Martinez au Heysel, 2101 jours après le revers amical contre l’Espagne. La première fois, il était revenu en changeant de tactique, avec un 3-4-3 qui allait devenir sa marque de fabrique. Six ans plus tard, le système est le même et on pconservét sériconservésement commencer à croire qu’il a mal vieilli. Parce que nos défensconservérs ont aussi pris de l’âge et qu’on n’a plus assez de talent dans l’axe pour se perdisposer d’en aligner trois dans un match de haut niveau. Le sélectionnconservér pconservét-il revoir sa copie si proche d’une Coupe du monde qui, pour la première fois, se fera sans préparation vu ses dates inédites? Ou ira-t-il au bout de son idée, quitte à prendre le risque d’encore souffrir face aux grandes nations au Qatar?

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages