Bilan positif pour Dinant Lumière (Dinant)

L’événement connaîtra-t-il de nouvelles éditions? Réponse début février, après le débriefing communal.

ÉdA – 501789245109

La première édition de Dinant Lumière est une réussite, selon le conseiller Omer Laloux, organisateur de l’événement.

Du 3 décembre au 8 janvier, Dinant a vibré au rythme de Dinant lumière. Une semaine après le feu d’artifice final, l’heure est au bilan. « Les retours sont globalement positifs. À titre personnel, je trouve que ça a été une réussite. C’était la première fois que Dinant accueillait une attraction comme celle-là pendant un mois et une semaine » commence Omer Laloux, organisateur de l’événement.

Dinant Lumière, c’était tout d’abord un parcours lumineux composé de six œuvres, à découvrir en centre-ville. Le rendez-vous a attiré du monde, surtout durant les deux semaines de vacances. « Les six œuvres étaient toutes magnifiques. » Seul bémol, les actes de vandalisme sur la boule au Square Lion. « Elle a été crevée cinq fois. La facture s’élève à 7 000€. »

À ce parcours lumineux s’ajoutaient d’autres événements: la venue de Yann Arthus Bertrand au centre culturel, les marchés de Noël, un défilé des groupes folkloriques dinantais, un jogging des familles, le Trail des 6 vues dinantaises, des concerts ou encore la descente aux flambeaux. Tous ont rencontré un franc succès.

Apprendre de ses erreurs

Un événement parfait pour une première édition serait trop beau. Omer Laloux le sait et le concède aisément, des erreurs ont été commises et il faudra en tirer les leçons. À commencer par les nocturnes des commerçants, le samedi soir. « Elles n’ont pas très bien fonctionné quand on organisait des événements ces soirs-là. Les gens venaient mais pas pour faire les boutiques. » Pour les autres soirs de la semaine, l’événement aurait par contre eu un impact positif sur les ventes des commerces qui ont joué le jeu.

Autre point sur lequel il faudra travailler: la communication, notamment sur les réseaux sociaux.

Enfin, en cas de nouvelle édition, la Ville de Dinant devra elle aussi s’investir davantage.  » L’Hôtel de Ville n’était par exemple pas illuminé. Or, il aurait dû briller. Le sapin de Noël n’a, lui, été placé qu’une semaine après l’inauguration de l’événement », regrette Omer Laloux. À cela, le bourgmestre Thierry Bodlet répond que cela fait partie d’une réflexion globale. « D’autres lieux publics comme la Collégiale, le CPAS ou la chapelle St-Marcoul doivent être mieux illuminées. »

Un débriefing est prévu début février. « Pour savoir si on poursuit ou pas. En tout cas, les gens sont demandeurs. Mais il faudra pour cela mieux se structurer, notamment pour obtenir des subsides », termine Omer Laloux.

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages