Boris Johnson accuse la Russie de «crime de guerre» en Ukraine

LONDRES | Le premier ministre britannique Boris Johnson a accusé mercredi la Russie de s’être rendue coupable de «crime de guerre» en Ukraine en raison des armes utilisées contre des civils et appelé l’ONU à «exiger» un retrait russe. 

• À lire aussi: L’Assemblée générale de l’ONU appelée à condamner la Russie pour l’invasion de l’Ukraine

• À lire aussi: Les villes ukrainiennes sous le feu de la Russie, accusée de vouloir «effacer le pays»

• À lire aussi: [EN DIRECT] 7e journée de guerre en Ukraine: voici tous les développements

«Ce que nous avons déjà vu de la part du régime de Vladimir Poutine concernant l’utilisation des munitions larguées sur des civils innocents, cela constitue déjà à mon avis un crime de guerre», a-t-il déclaré devant les députés britanniques, qui se sont levés pour une ovation à l’ambassadeur ukrainien Vadym Prystaïko, présent dans les galeries de la Chambre des Communes.

Le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) a annoncé lundi l’ouverture «aussi vite que possible» d’une enquête sur la situation en Ukraine, évoquant des «crimes de guerre» et «crimes contre l’humanité».

Amnesty International a en particulier dénoncé l’utilisation de bombes à sous-munitions, interdites en 2010 par une convention internationale, estimant que cela devrait faire l’objet d’une enquête pour «crime de guerre».

«Poutine a fait une grave erreur de calcul dans son odieuse attaque contre une nation souveraine», a déclaré M. Johnson.

«Il a sous-estimé l’extraordinaire force d’âme du peuple ukrainien ainsi que l’unité et la détermination du monde libre à s’opposer à sa barbarie», a-t-il ajouté.

Il a appelé les pays membres de l’ONU à condamner, lors du vote de l’Assemblée générale prévu mercredi, l’invasion russe de l’Ukraine et à «exiger que Poutine fasse rentrer ses tanks»: «Si, au contraire, Poutine redouble d’efforts, nous continuerons à augmenter la pression économique.»

Interpellé par l’opposition pour savoir pourquoi le Royaume-Uni ne sanctionnait pas le milliardaire Roman Abramovitch, propriétaire du club de foot de Chelsea, il a refusé de commenter un cas individuel mais assuré que Londres comptait «continuer de resserrer l’étau» sur le pouvoir russe.

À voir aussi

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages