comment les riverains seront-ils soignés pendant le chantier du métro 3 vers le nord? (Schaerbeek)

Des panneaux LED renvoient les Bruxellois et navetteurs au groupe Whatsapp du métro 3.

ÉdA – Julien RENSONNET

Vibrations, grondements, embouteillages: le titanesque creusement du métro 3 n’ira pas sans nuisances. Beliris promet: riverains, commerçants et communes seront aux petits oignons. Dans sa com, le premier chantier du nouveau tronçon, gare du Nord, se veut « plus qu’un ballon d’essai ».

Suivre @JulienRENSONNET

Les tabourets encadrés de néons fuchsia ou lilas sont encore nus à cette heure matinale. Mais sur le trottoir de la rue d’Aerschot, on joue des coudes pour se croiser devant les vitrines. Le creusement du métro 3 serre les piétons en étau entre ses palissades et les carrées de prostitution. Leurs occupantes peuvent au moins s’évader un peu plus loin que l’habituel talus où saccadent les centaines de trains quotidiens transitant gare du Nord: les barrières du chantier arborent des photos des Hautes Fagnes, des pâtures et champs de colza wallons, des Serres de Laeken, du Mont des Arts.

Dans la rue d’Aerschot, connue pour ses vitrines de prostitution, des associations ont collaboré avec Beliris pour permettre aux travailleuses du sexe de choisir les paysages qu’elles souhaitaient voir afficher sur la palissade du chantier.

ÉdA – Julien RENSONNET

« Nous avons collaboré avec une association qui soutient les travailleuses du sexe. Ce sont elles qui ont choisi les images de paysages de Belgique. Ces palissades sont en effet très proches des maisons, à moins de 2m », concède Nunzia Corriere, gestionnaire de l’environnement pour le chantier de la place Solvay. Cette fonction voulue par Beliris se double d’un « gestionnaire nuisances » chez l’entrepreneur. De quoi recueillir toutes les doléances durant les 2 ans manquant encore pour cisailler en sous-sol l’axe des rails et rejoindre le quartier rouge schaerbeekois, durant lesquels sera construite aussi la station d’épuration récoltant toutes les eaux ruisselant des nouvelles haltes de la STIB.

«Plus qu’un ballon d’essai»

Lalieux: «On veut faire de ce chantier du métro Nord un chantier exemplaire».

ÉdA – Julien RENSONNET

Pour rappel, Beliris creuse gare du Nord la liaison entre l’actuel tunnel du prémétro et le futur tracé vers Bordet. « Plus qu’un ballon d’essai », l’ambition est de faire de ce premier terrassement du métro 3 « un chantier exemplaire », pose Karine Lalieux, Ministre fédérale (PS) en charge de l’organe de coopération entre Fédéral et Région bruxelloise. Et reproduire ces bonnes pratiques « quand on sera devant la maison communale de Schaerbeek, place Liedts ou dans les quartiers denses d’Evere ». Où les riverains risquent d’être plus nombreux et moins complaisants. « Il faut toujours dire la vérité », appuie Lalieux. « Il y aura des nuisances et des crispations ». Et des vibrations.

Pour les limiter au maximum, les palissades de chantier agissent comme un isolant acoustique. « Nous relevons nos sonomètres chaque semaine. Ils enregistrent toute augmentation anormale de décibels. Jusqu’ici, les seules alarmes déclenchées le sont par des sirènes de pompiers ou de police », se félicite Nunzia Corriere. D’après la gestionnaire environnement, « aucune plainte » ne lui est encore parvenue.

En plus d’agir comme isolant sonore, les palissades renseignent les riverains et passants sur les enjeux du chantier et les moyens de contacter le maître d’œuvre Beliris.

ÉdA – Julien RENSONNET

Whatsapp «professionnel»

Ces cloisons peintes du turquoise attribué à la ligne 3 renseignent aussi riverains et navetteurs sur les enjeux du chantier. « Tout le monde sait ce qu’on y fait et pendant combien de temps ». Outil de marketing urbanistique, ces barrières vantent les atouts d’un métro qui avalera les 10,3km et 18 stations en 20 minutes. « On ne veut pas que le citoyen se sente abandonné », insiste Lalieux. Y sont donc parsemés tous les médiums utiles pour contacter le maître d’œuvre: téléphone 0800, site web tout juste relooké et même « un groupe Whatsapp professionnel » où sont conviés riverains, commerçants, associations de quartier. 3 panneaux LED diffusent aussi toutes ces infos: à la sortie de la gare, à l’entrée du tunnel sous-voies et au croisement des rues d’Hoogvorst et d’Aerschot. Sans oublier le bon vieux toutes-boîtes.

Les barrières place Liedts guident les passants vers les commerces peu gâtés par le chantier.

ÉdA – Julien RENSONNET

À une encablure, la populeuse place Liedts sera la dernière à vibrer sous les assauts du tunnelier, qui s’ébrouera depuis Bordet. Mais son sous-sol est déjà éventré: un local technique y est aménagé. Là-bas, les palissades flèchent les accès vers les magasins qu’elles escamotent. « Nous collaborons aussi avec l’agence du commerce hub.brussels », relève Nunzia Corriere. « À Noël, on a monté un concours avec les commerçants de la rue de Brabant: ils ont offert des objets pour garnir une vitrine à estimer ». Le juste prix à payer pour s’assurer la collaboration du quartier.

Impossible par contre pour Beliris de chiffrer quelle part des 44 millions alloués à ce chantier sont consacrés à la com et aux relations avec riverains et autorités communales. Lalieux: « C’est un poste budgétaire énorme, mais c’est voulu ».

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages