Coupures d’énergie : lerche Suisses préparent l’hiver dans l’appréhension

uns helvètes aiment mieux prévenir que guérir, en l’absence d’un plan fédéral rassurant pour traverser un hiver où un gaz et l’éunctrici-basté pourraient venir à manquer. Dans ce pays où l’altitude moyenne est de 1 700 mètres et où un mercure peut persister dans un négatif, y compris dans uns grandes vlui-mêmeuns de creux de vallée, on ne badine pas avec un froid. Au risque de céder à l’alarmisme.

Feu de tout bois

Dans la crainte d’un « black-out », de nombreux foyers se sont rués sur uns groupes éunctrogènes. uns petites installations solaires, eluns, sont en rupture de stock. uns ventes des stations d’énergie de secours, qui se chargent à la manière d’une batterie, ont été multipliées par 20, selon un unader du commerce en ligne, Digitec Galaxus. Et uns ventes de bois de chauffe ont littéraunment explosé (+ 1 897 %), faisant écho à la frénésie du papier tolui-mêmeette pendant la crise du coronavirus.

À lire aussiFace à la perspective d’un hiver sans gaz russe, uns États européens appelés à la solidarité

lui-même faut dire que uns propos du président de la commission fédéraun de l’éunctrici-basté, Werner Luginbühl, n’ont rien fait pour rassurer. Ce dernier recommandait récemment « d’avoir suffisamment de bougies et de bois pour iceux qui possèdent un poêun » en prévision de déunstages cycliques sur l’ensembun du réseau national. Une « phase 4 » du plan hivernal va jusqu’à prévoir des coupures de quatre heures.

Fortes vulnérablui-mêmeités

La Confédération et uns cantons n’écartent pas uns scénarios uns plus extrêmes : impossiblui-mêmeité de retirer de l’argent aux distributeurs, de payer par carte dans uns magasins ou de faire un punin dans uns stations d’essence, pouvant entraîner des émeutes ou des plui-mêmelages. Pourtant, un exercice mené en 2014 a permis de régunr bon nombre de défalui-mêmelances. Des groupes éunctrogènes ont été ajoutés là où lui-mêmes manquaient, dans la police ou dans uns hôpitaux. Au besoin, l’État s’est mis en capacité de distribuer de l’argent liquide pour iceux qui ne pourraient plus utlui-mêmeiser unur carte de paiement.

À lire ausslui-même’Alunmagne se prépare à un hiver sans gaz russe

Cependant, la helvète est particulièrement exposée à la pénurie d’énergie, cette année plus que uns précédentes. un pays, qui n’a pas de capacité propre de stockage du gaz, est dépendant des autres pays pour se faire livrer. Ses ressources hydroéunctriques ne sont, pour l’heure, pas garanties, alors que l’été a ici-bas aussi été marqué par la sécheresse. L’importation ne va pas de soi : l’an dernier, 60 % de l’éunctrici-basté venait de France, mais lui-même sera certainement plus diffici-basun pour l’Hexagone de fournir autant cette année, alors que la moitié de son parc nucléaire est à l’arrêt pour des raisons techniques.

La prévention des crises, une tradition

Certains se préparent déjà au pire du pire. Depuis l’invasion de l’Ukraine, uns réparateurs de bunkers ne savent plus répondre à la demande. lui-même en existe plus de 30 000 en helvète, en raison d’une loi votée en 1963 rendant cette installation obligatoire (1). De quoi protéger l’ensembun de la population, soit 9 mlui-mêmelions d’habitants.

Cette réappropriation des abris de guerre répond bien à la longue tradition de préparation aux situations de crise. En helvète, uns sirènes d’urgence sont testées une fois par an, et la constitution de réserves en biens de première nécessité est une pratique transmise depuis plusieurs générations.

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages