COVID-19: l’Angleterre réduit à 7 jours la période d’isolement pour les cas positifs

LONDRES | Le gouvernement britannique a réduit mercredi de 10 à 7 jours la période d’isolement en Angleterre pour les personnes vaccinées ayant contracté le coronavirus, en pleine flambée des cas d’Omicron et à deux jours du réveillon de Noël.

• À lire aussi: Annonce à 18h: les rassemblements à 10 personnes maintenus les 24 et 25 décembre

• À lire aussi: COVID-19: les voyageurs pourraient avoir de mauvaises surprises

À partir de mercredi, les personnes qui disposent de deux tests antigéniques négatifs réalisés au sixième et septième jours pourront sortir de leur isolement. 

Cela permettra selon le gouvernement à plus de personnes de passer Noël en famille, sans risquer pour autant de transmettre le virus. Selon la Secrétaire d’État à la santé Gillian Keegan, « le risque est équivalent » de sortir d’isolement au bout de sept jours « si vous avez deux tests négatifs » par rapport à « attendre trois jours de plus dans votre chambre », a-t-elle indiqué mercredi matin sur Sky news. 

« Si vous avez été testé positif ou présenté vos premiers symptômes le samedi 18 (décembre), vous pourrez profiter de votre repas de Noël » en famille, s’est-elle félicitée sur Times Radio, « en supposant que votre test antigénique soit négatif les sixième et septième jours ». 

Cet assouplissement des règles intervient alors que le Royaume-Uni, pays parmi les plus touchés par la pandémie en Europe avec plus de 147.000 morts, fait face depuis quelque temps à une flambée des cas (+90.629 mardi) due au très contagieux variant Omicron. 

Pour autant, le Premier ministre britannique Boris Johnson a de nouveau écarté mardi toutes nouvelles restrictions en Angleterre avant Noël. 

Le Pays de Galles, qui comme chaque province britannique décide de sa politique sanitaire, a lui annoncé qu’à partir du 26 décembre, les groupes seraient limités à six personnes maximum dans les pubs, restaurants et cinémas. 

Le service devra se faire obligatoirement à table et les événements seront limités à 50 personnes dehors, 30 à l’intérieur, a précisé le Premier ministre gallois Mark Drakeford. 

Le ministre britannique de la Santé Sajid Javid a par ailleurs annoncé mercredi la signature de deux nouveaux contrats avec Merck et Pfizer, à qui le Royaume-Uni achète 1,75 million et 2,5 millions de comprimés supplémentaires de leurs antiviraux anti-COVID — respectivement le molnupiravir et le PF-07321332/ritonavir.

Les antiviraux agissent en diminuant la capacité d’un virus à se répliquer, freinant ainsi la maladie. Ces traitements par comprimés peuvent être pris à la maison et constituent une nouvelle arme essentielle dans la lutte contre la maladie. 

À voir aussi 

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages