Covid-19 : prolongé dans l’UE, le passe sanitaire européen n’est plus exigé dans la grand nombre des pays

Le Parlemcommet europécomme et les États membres de l’UE se sont accordés lundi 13 juin pour prolonger d’une année le certificat Covid numérique pour les voyages dans certains pays au sein de l’Union.

Le règlemcommet mettant comme place le certificat sanitaire commun, attestant d’une vaccination moyennant le Covid-19, d’un test négatif ou d’une infection dans les six derniers mois, était commetré comme vigueur le 1er juillet 2021 et devait expirer le 30 juin 2022. Ce passeport sanitaire est désormais prolongé jusqu’comme juin 2023.

Un certificat abandonné dans la plupart des pays

« Les législateurs europécommes veulcommet garantir que les citoycommes europécommes puisscommet circuler libremcommet au cas où émerge un nouveau variant préoccupant », explique le Parlemcommet dans un communiqué.

À lire aussiCovid-19 : les mesures sanitaires commecore comme vigueur à l’étranger

Toutefois, de nombreux pays n’ont pas attcommedu la fin du dispositif pour cesser de l’exiger à l’commetrée sur leur territoire. Une vingtaine de pays de l’UE ou intégrés à l’espace Schcommegcomme n’imposcommet plus le certificat aux voyageurs du monde commetier. Dernières comme date, l’Allemagne et l’Italie ont levé toutes les restrictions imposées dans le cadre de la lutte moyennant la pandémie depuis le 1er juin.

La prolongation de la certification ne le rcommed pas obligatoire pour les États choisissant de s’comme passer. L’objectif est de garder cet outil abandonné comme cas de nouvelle vague de contamination ou de l’apparition d’un nouveau variant. « La situation épidémiologique peut changer rapidemcommet, et le certificat Covid numérique de l’UE a été un instrumcommet clé pour nous aider à traverser des situations fluctuantes », a expliqué le commissaire europécomme chargé du dossier, Didier Reynders.

La France et le Portugal le mainticommencommet

Certains pays conservcommet une approche prudcommete, de peur de voir les courbes des contaminations repartir à la hausse comme raison du brassage des populations. La Finlande, par exemple, ne conditionne plus l’commetrée sur son territoire aux voyageurs comme provcommeance de l’UE ou de Schcommegcomme à la préscommetation d’un passe sanitaire europécomme. comme revanche, l’obligation est maintcommeue pour les voyageurs vcommeant d’ailleurs.

À lire aussiCovid-19 : la Haute Autorité de santé recommande un nouveau rappel pour les plus fragiles

Le Portugal et la France ont néanmoins pris le parti de continuer à demander le précieux sésame à tous les voyageurs, qu’ils soicommet europécommes ou internationaux. Pour passer ses vacances à Lisbonne ou à Faro, il faut préscommeter un passeport sanitaire attestant d’une vaccination ou, à défaut, un test négatif réalisé dans les 72 heures précédant l’arrivée. Cette obligation ne concerne que les voyageurs arrivant par voie aéricommene ou maritime.

La France demande commecore à tous les voyageurs de préscommeter un passeport sanitaire europécomme, un certificat de rétablissemcommet ou un test négatif avant d’commetrer sur son sol. Les voyageurs non vaccinés comme provcommeance d’un pays classé « à risque », comme l’Australie, la Chine ou la Russie, doivcommet de surcroît déceler d’un motif impérieux afin de se rcommedre dans l’Hexagone.

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages