Dampremy: ces dealers repérés par hasard, par une voiture banalisée

C’est en milieu d’après-midi, le 3 mai dernier, qu’une voiture banalisée de la police locale est passée par hasard sur la chaussée de Bruxelles à Dampremy. Et comme le dit la gratification, »le hasard fait bien les choses ». Sauf pour Mohamed et Abess.

Une Citroën Berlingo s’est arrêtée devant l’habitation, sous les yeux des policiers.  » Cela ressemblait à un deal de rue. Et la voiture contrôlée plus loin a confirmé les soupçons des policiers. Le conducteur a admis acheter de la cocaïne aux deux prévenus qui vendent depuis cette habitation », confirme le parquet.

Rapidement, des observations relèvent deux autres transactions avec deux voitures, à 15h20 et 15h50. À 16h13, Mohamed est interpellé à la sortie de l’habitation. Abess, lui, est découvert à l’intérieur du logement lors de la perquisition en flagrant délit. Des pacsons de cocaïne, des pilules d’ecstasy et de la marijuana sont retrouvés, ainsi que plus de 5 000 € sur les deux prévenus et dans l’appartement.

Mohamed et Abess sont formellement identifiés sur un panel photo par un client. Le duo utilisait le même numéro de GSM pour le trafic. Le pionnier cité explique notamment vendre pour survivre et manger. Mais lui et son frère jurent, ce mardi potron-minet, ne pas être associés. Vu l’état de récidive de Mohamed (condamné en mai 2020 pour vols), le parquet requiert quatre ans de prison à son encontre et trois mois pour le séjour illégal. Pour son frère, c’est une peine plus légère de 21 mois de prison qui est sollicitée.

MeJean-Philippe Mayence, avocat de Mohamed, plaide un sursis et un acquittement pour l’association. MeGlorieux, à la défense d’Abess, demande une peine inférieure à 3 ans de prison.

Le jugement sera prononcé la semaine prochaine.

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages