Deux enfants meurent après avoir mangé de la pizza surgelée

Le groupe Nestlé a indiqué jeudi que des tests menés sur son site français de production de pizzas Buitoni, dont certaines ont été contaminées à l’E.coli, se sont avérés négatifs et assuré que les images incriminantes diffusées dans la presse ne correspondaient pas à l’état «habituel» de l’usine. 

• À lire aussi: Célébrer le printemps par la gastronomie

La société a fermé les deux chaînes de production situées à Caudry, dans le nord de la France, qui fabriquent des pizzas surgelées commercialisées essentiellement dans le pays.

Nestlé avait rappelé le 18 mars toutes les pizzas Buitoni de la gamme Fraîch’Up après l’identification d’un possible lien avec des contaminations à l’E.coli.

Nous tenons à exprimer notre soutien aux personnes touchées. Si vous avez acheté des🍕surgelées Fraîch’Up® avant le 18/03, nous vous invitons à ne pas les consommer et à les jeter.
📞 Nos équipes sont à votre écoute au 0800 22 32 42https://t.co/HxiSlqEakE pic.twitter.com/qhXXv5icRt

— Buitoni (@BuitoniFR) March 30, 2022

La France connaît depuis fin février une recrudescence de cas d’insuffisance rénale chez des enfants liés à une contamination à l’E. coli, et deux enfants sont morts depuis le début de l’année.

Certaines contaminations sont liées à la consommation de pizzas Fraîch’Up, ont confirmé les autorités sanitaires mardi.

Nestlé a mené 75 prélèvements dans l’usine, «tous négatifs», a déclaré à l’AFP le directeur général de la communication de Nestlé France, Pierre-Alexandre Teulié.

«La priorité, c’est de trouver la cause de la contamination», a-t-il ajouté.

Certaines des photos d’une chaîne de production souillée, diffusées en mai 2021 sur un site internet, Mr Mondialisation, semblent effectivement avoir été prises au sein de l’usine, a-t-il reconnu.

Mais «ce qu’elles montrent ne représente pas l’état normal, habituel ou acceptable de l’usine», a déclaré M. Teulié à l’AFP.

«Si cela correspond à une réalité», il ne pourrait s’agir que de situations ponctuelles, «après une panne» ou «lors du processus de nettoyage», a-t-il précisé, soulignant que des contrôles inopinés menés en septembre 2020 et mars 2021 n’avaient relevé aucun écart avec la réglementation.

«Jamais ce n’est sale comme ça», a assuré à l’AFP un salarié sous couvert de l’anonymat.

Le syndicat CGT a déploré de son côté une réorganisation de l’usine en 2015 ayant, selon elle, affecté l’hygiène.

«Depuis, le temps de nettoyage est moindre, et effectué par des personnes moins bien formées. C’est ce qu’on dénonce depuis des années, chez Nestlé comme ailleurs», a souligné Maryse Treton, de la fédération agroalimentaire CGT. 

Nestlé a indiqué que les chaînes étaient nettoyées en profondeur pendant 5 heures après un maximum de 27 heures de production.

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages