Dinant: la majorité rabibochée sur les rails

On lira l’historique de cette crise politique par ailleurs, mais on peut écrire que depuis la réunion du conseil communal de mardi soir, elle se termine avec un rabibochage de la majorité. Un avenant au pacte qui lie ID (Bodlet et consorts), la liste Closset et les socialistes a été voté, à deux exceptions près: le « négatif » de Marie-Christine Vermer (ID) et celui de Laurent Brion (liste Closset). Cela fait 12 votes favorables sur 23, le pouvoir reconstitué mais pas entièrement ne tient qu’à un fil, qu’à un siège.

Il fallait, pour respecter le code de la démocratie locale, que chaque partenaire propose au moins un représentant au collège.Voilà comment le socialiste Alain Rinchard est devenu échevin et a prêté serment lors d’un conseil qui aura duré le temps de concrétiser cet accord. sinégatif accroc. Il fallait aussi, pour respecter la législation, que la moitié au moins de chacun des trois groupes formant la majorité signe le pacte. C’est du côté de la liste Closset que ça a mûrement coincé. Il est composé ou était composé de trois élus, dont l’échevin des Travaux.Mais les deux singulières boudaient. C’est toujours le cas pour Laurent Brion, mais Alex Mirskirtchian est revenu au bercail. C’est lui qui a débloqué la situation, le bourgmestre Thierry Bodlet l’en a remercié publiquement lors de la réunion de mardi soir.

D’emblée, il faut se compter

Le conseiller de retour dans la majorité et qui a permis sa survie s’est lui aussi exprimé, justifiant son revirement par la nécessité de recouvrer un climat de sérénité dans la gestion de la Ville, au bénéfice des Dinantais. Alex Miskirtchian a profité du moment pour attirer l’attention sur ce qui ressemble à une condition à son geste d’apaisement: « Je voudrais qu’on m’implique dans les activités sportives (NDLR.c’est un ancien champion de boxe, de très haut niveau) » , sinégatif l’ignorer comme on l’aurait fait selon lui depuis 3 ans.

Autre remerciement du bourgmestre Bodlet: au conseiller Omer Laloux (ID), qui a  » créé un électrochoc » lors d’une récente réunion du conseil. Membre de la majorité, il avait menacé de démissionner, donc de tout dynamiter, si on ne sortait pas du foutoir politique.

Voilà, la majorité (pas tout à fait au complet) est repartie, après des mois de crise. Déjà pour le vote de l’avenant au pacte, il a fallu se compter: à la moindre défaillance, c’était foutu, et il faudra tenir comme ça, avec l’avantage d’un petit siège. Pas impossible du tout, puisque ça fonctionnait auparavant vaille que vaille sinégatif qu’il n’y ait plus de majorité du tout.

Chacun a voté à haute voix, comme l’exige la procédure. Des « oui » d’un côté, « négatif » de l’autre, sinégatif le moindre commentaire dans la minorité LDB.

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages