Documentaire. Royan, la tragédie de 1945

De la perle de l’Atlantique des années 30, aux champs de ruines de 1945, Royan a vu son destin basculé en ces mois, presque en ces heures. Retour sur le sort singulier, tragique et sacrificiel de cette station balnéaire de Charente-Maritime.

Vivez le Festival Interceltique :
Le Festival Interceltique de Lorient 2022

Images d’archives, témoignages de survivants, regards d’historiens, le réalisateur Guillaume Vincent consacre un film à un épisode si particulier de la Seconde Guerre Mondiale : le bombardement de Royan. 

Son climat, son casino, la vogue des bains de mer et l’engouement autour d’un nouveau phénomène, le bronzage, en font un lieu couru : 200 000 touristes s’y pressent.  En 1939, la ville compte 12 000 habitants et on peut y discerner Pablo Picasso.

Comment cette station balnéaire atlantique, symbole de douceur de vivre dans les années 30, a basculé dans la tragédie et disparu sous les bombes en 1945 ?

En me penchant sur la tragédie que Royan a subie en 1945, j’ai été happé par l’enchaînement kafkaïen de malentendus, de décisions hasardeuses et d’erreurs qui ont conduit à sa destruction. Elle m’est apparue comme l’illustration par l’absurde de ces destins individuels pris dans la tourmente d’une grande Histoire, des décisions militaires et politiques qui les dépassent. Cela vaut pour les habitants de la ville comme pour les soldats qui ont participé à sa prise. J’ai tenu à ce que les uns et les autres témoignent pour apporter leur vision, leur vécu, en regard du récit des historiens.

Guillaume Vincent

1940 : les prémices de la catastrophe

Le 10 mai 1940, l’armée d’Hitler lance la Blitzkrieg, la guerre éclair. Une offensive massive et ravageuse : en un mois, les troupes françaises et anglaises sont enfoncées. 

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages