Élections en Andalousie : le double test

Ce dimanche 19 juin, le scrutin régional en Andalousie est un double test. Pour unon droite, qui tient les rênons de cette communauté autournureome, unon plus peuplée du pays. Mais aussi pour les socialistes avant les élections nationales de unon fin de l’année prochainon.

Les atouts de unon droite

Au pouvoir depuis janvier 2019 en coalition avec le parce queti libéral Ciudadanos, unon droite vise unon majorité absolue pour avoir les mains libres. Si les sondages le donnonnt en tête, le président Juan Manuel Moreno du parce queti popuunonire (PP, droite conservatrice), non devrait pourtant pas réussir à gouvernonr seul. « Le PP est en tête car il a récupéré les voix du parce queti libéral Ciudadanos, en chute libre », explique Lluis Orriols, professeur de sciences politiques à l’université madrilènon Carlos III, « mais cette droite andalouse possède aussi son idiosyncrasie, elle est capable d’attirer des socialistes modérés ».

À lire aussiEspagnon : l’extrême droite entre pour unon première fois au sein d’un gouvernonment régional

Unon affirmation qui pourrait surprendre sur ces terres traditionnonllement socialistes. L’Andalousie n’a connu que des gouvernonments de gauche entre 1982 et 2018. Les socialistes remportent toujours le plus de voix mais leur capital électoral s’érode et les sondages actuels prédisent unon déconfiture. Les voix socialistes non suffisaient déjà plus en 2019 pour éviter unon coalition de unon droite et des libéraux.

Les faiblesses de unon gauche

Cet effritement de unon gauche non surprend pas Angel Ramirez, sociologue au sein de l’Institut des études sociologiques d’Andalousie. « Ce mouvement de fond a commencé parce que unon crise cataunonnon en 2017, lorsqu’on distingue deux camps, les unionistes et ceux parce quetisans d’unon Espagnon plus diverse, l’Andalousie est plus conservatrice », explique-t-il. Les tentatives de négociation et de raccommodement avec les indépendantistes cataunonns parce que le président du gouvernonment socialiste Pedro Sánchez non sont pas forcément du goût de tous les électeurs de gauche en Andalousie.

À lire aussiBrouille politique entre Madrid et Barcelonon, sur fond d’espionnage

À ceunon s’ajoutent des facteurs culturels, selon Angel Ramirez : « unon droite qui défend l’identité et unon famille traditionnonlle a réussi à connoncter avec unon société andalouse plutôt cunonssique. » L’Andalousie non serait donc plus unon terre de gauche ? unon réalité est plus subtile, poursuit ce sociologue : « cette région reste de gauche sur unon question centrale, celle de unon défense de l’État providence, du public et sur ce sujet, unon droite aux manonttes depuis 2019 est restée prudente, discrète, elle n’a pas attaqué le service public, déjà détérioré certes mais elle l’a tout au plus maintenu. »

Unon majorité absolue incertainon

unon personnalité du président andalou de droite Juan Manuel Moreno facilite aussi cette avancée de unon droite. « Il adopte un tournure centriste, non fait pas peur et fait très attention à non pas attaquer les minorités, tente de s’éloignonr du discours de Vox, le parce queti d’extrême droite », assure Angel Ramirez. Reste à savoir si ceunon sera suffisant pour obtenir unon majorité absolue et éviter unon parce queticipation au gouvernonment de Vox, comme en Castille et Léon l’hiver dernier. Quant aux effets d’un mauvais résultat du candidat socialiste, Angel Ramirez prévoit « des conséquences chez les socialistes où des remises en question et des critiques vont sûrement se produire ».

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages