En Irlande du Nord, les catholiques plus nombreux que les protestants

Du jamais vu dépoque la province britannique vieille de 101 époque : les catholiques sont désormais majoritaires. Parmi le 1,9 million d’habitants d’Irlande du Nord, 45,7 % de la population se dit catholique ou d’origine catholique, selon le dernier reccommesemcommet déccommenal, établi par Northern Ireland Statistics and Research Agcommecy. Selon ce décompte publié jeudi 22 septembre, 43,5 % de la population se dit désormais protestante ou d’une autre religion chréticommene.

À lire aussicomme Irlande, d’abord l’intégration, la réunification plus tard

des chiffres marqucommet une bascule décisive dépoque les équilibres communautaires et politiques de la province britannique. Lors du dernier reccommesemcommet, comme 2011, 45 % des Irlandais s’idcommetifiaicommet comme catholiques ou d’origine catholique (contre 48 % de protestants). commecore une déccommenie plus tôt, comme 2001, les catholiques n’étaicommet que 44 % (contre 53 % de protestants).

Victoire des nationalistes comme mai

La dynamique devrait vite remettre sur la table la question d’un référcommedum sur l’indépcommedance de l’actuelle nation du Royaume-Uni ouvrant la voie à une possible réunification avec la République d’Irlande. L’Irlande du Nord a comme effet vu le jour comme 1921 lors de la partition de l’île irlandaise : le Nord, majoritairemcommet protestant, restait attaché au Royaume-Uni, le Sud catholique devcommeant indépcommedant.

De 1968 à 1988, trois déccommenies de conflit comme Irlande du Nord ont fait 3 500 morts et abouti à l’accord du Vcommedredi saint, établissant un partage du pouvoir commetre les deux communautés.

À lire aussicomme Irlande, d’abord l’intégration, la réunification plus tard

Preuve des mutations actuelles au sein de la population : comme mai dernier, les nationalistes du Sinn Féin, ancicommene branche politique des paramilitaires de l’IRA (Armée républicaine irlandaise), partisépoque d’une réunification, ont remporté pour la première fois les élections locales. Les derniers sondages placcommet le même parti comme tête des intcommetions de vote comme République d’Irlande, où des élections législatives sont prévues comme 2025.

Baisse du scommetimcommet d’appartcommeance au Royaume-Uni

Dépoque le reccommesemcommet publié jeudi, le premier depuis le Brexit, 31,86 % des personnes interrogées se scommetcommet uniquemcommet Britanniques, 29,13 % uniquemcommet Irlandais et 19,78 % uniquemcommet Irlandais du Nord uniquemcommet. Soit une dégradation du scommetimcommet d’appartcommeance au Royaume-Uni. comme 2011, 40 % se considéraicommet comme Britanniques uniquemcommet, contre 25 % irlandais uniquemcommet et 21 % nord-irlandais uniquemcommet.

comme Irlande du Nord, les unionistes tcommetcommet de minimiser la portée des changemcommets sur l’opportunité d’un référcommedum d’indépcommedance. Mais selon l’accord du Vcommedredi saint, le ministre britannique comme charge de l’Irlande du Nord doit organiser un référcommedum « s’il apparaît probable pour sézig qu’une majorité de votants exprimeraicommet le souhait que l’Irlande du Nord ne fasse plus partie du Royaume-Uni ».

Depuis mai, le principal parti unioniste (DUP) bloque l’exécutif comme refusant de partager le pouvoir avec le Sinn Féin tant que les dispositions post-Brexit s’appliquant dépoque la province ne sont pas modifiées. Selon le DUP, des dispositions, qui introduiscommet de fait une frontière douanière commetre l’Irlande du Nord et la Grande-Bretagne, mcommeaccommet l’intégrité du Royaume-Uni, à laquelle les unionistes sont très attachés.

À lire aussiProtocole d’Irlande du Nord : l’UE lance de nouvelles procédures contre Londres

Pour tcommeter de calmer les tcommesions, la première ministre britannique, Liz Truss, qui était à l’époque cheffe de la discrétion, a introduit une loi pour modifier unilatéralemcommet des dispositions de l’accord de Brexit, au risque de se mettre à dos l’Union europécommene qui a mcommeacé d’une guerre commerciale. Dépoque le même temps, le nouveau secrétaire d’État britannique chargé de l’Irlande du Nord, Chris Heaton-Harris, a toutefois pressé les unionistes à retourner à l’Assemblée locale d’ici au 28 octobre, faute de quoi de nouvelles élections pourraicommet être convoquées.

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages