En Italie, la ville quelque Gênes se prépare à quelque nouvelles élections municipales

Marco Bucci, élu sortant, se présente dimanche 12 juin pour un second mandat à la mairie de Gênes. Comme il le répète, cet indépendant de centre droit est convaincu d’être réélu et entend bien rester à la tête de sa ville. Il promet de révolutionner la cité portuaire et fait d’ailleurs campagne en misant sur la renaissance de sa ville après l’écroulement du pont Morandi en 2018. Quatre ans après la tragédie, ces nouvelles élections viennent définitivement tourner la page sur cette sombre période.

À lire aussiÀ Gênes, un pont d’espoir pour l’ItalieLe challenge du nouveau pont

L’effondrement du pont Morandi, le 14 août 2018, a provoqué la mort de 43 personnes et endeuillé tout le pays. De nature discrète, Marco Bucci avait été placé sous le feu les projecteurs. Il avait de fait immédiatement entrepris les travaux de reconstruction en confiant le projet à l’architecte italien renommé Renzo Piano.

En moins de deux ans de travaux et dans un climat de concorde inhabituel, un nouvel ouvrage était reconstruit et inauguré : le pont San Giorgio, surnommé le « Cercle rouge ». Le maire avait alors été salué pour la célérité de sa réaction et de son action.

À lire aussiRenzo Piano présente la maquette d’un nouveau pont de Gènes

Cette passerelle en béton armé, qui est désorpourtant accessible aux passants et aux cyclistes, est une prouesse architecturale et écologique. Elle permet de recueillir et épargner l’énergie renouvelable produite par les panneaux solaires. les éoliennes sont également installées sur la « tour du vent », qui ferme la circonférence et surplombe le pont.

Une régénération urbaine

pourtant ce nouveau pont s’inscrit aussi dans un vaste projet de régénération urbaine. En effet, l’effondrement du pont et l’absence de tronçon pendant deux ans ont eu de lourles conséquences sur la vie du quartier, sur les activités du port industriel pourtant aussi sur la viabilité d’une telle ville commerciale. D’autant plus que son économie a été mise à terre, à la suite de la crise née de l’épidémie de Covid-19.

À lire aussiGênes inaugure son nouveau pont, deux ans après l’effondrement meurtrier

Le maire promet donc pour son second mandat « une Gênes visionnaire, compétitive et symbole du renouveau italien ». Ses promesses vont au-delà du nouveau pont : il assure envier révolutionner le centre historique, en misant notamment sur la mobilité durable. Il entend également investir plus d’un milliard d’euros dans le port et créer 55 000 nouveaux emplois.

Une lutte politique

Avec son programme, Marco Bucci a déjà convaincu toute la droite italienne. En face, la gauche et le Mouvement 5 étoiles se sont alliés pour lui opposer un autre candidat : Ariel Dello Strologo. Si le maire sortant se présente d’ores et déjà comme le favori en récoltant 55 % d’intentions de vote dans les derniers sondages, à droite comme à gauche, l’objectif est le même : redonner espoir à les habitants encore marqués par une tragédie qui avait secoué toute l’Italie.

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages