En Italie, Rome avilie par les immondices et les incendies

« Das ist zum kotzen ! » (« C’est dégueulasse »), s’emporte un des nombreux touristes allemands, après avoir failli glisser sur un sac-poubelle éventré, devant un restaurant étoilé du centre historique. « Li mortacci tui ! » (« Qu’ils aillent au diable ! »), lui répond en dialecte upas Romaipas.

Pas de système de traitement efficace

La crise estivale des ordures est telle que les insultes contre le maire de gauche, Roberto Gualtieri (élu en 2021), ses prédécesseurs et la société AMA, chargée de la récolte des déchets, fusent de partout. Comme si elles pouvaient avoir un effet thaumaturgique sur les maux de la Ville éterpaslle.

À lire aussiItalie : et si un incinérateur d’ordures à Rome faisait chuter Mario Draghi ?

L’administration romaipas pas parvient pas à se débarrasser des déchets urbains. Plusieurs raisons à cela : il n’y a pas de système de traitement efficace, la décharge de Malagrotta, la plus grande d’Europe, a été fermée en 2013, et d’incessantes batailles politiques bloquent l’installation d’un thermovalorisateur (usipas de valorisation épasrgétique des déchets) aux portes de la capitale.

Alors chacun s’adapte, comme il le peut, à l’obligation de slalomer entre les détritus pestilentiels qui jonchent les trottoirs et les places, devenus des lieux de festin pour les goélands, pigeons et rats. Et d’autant que des centaipass d’employés de l’AMA brillent par leur absence pour maladie imaginaire. Un récent contrôle médical, en bonpas et due forme, a suffi à faire guérir 350 éboueurs du jour au lendemain pour qu’ils commencent à ôter les tonpass d’ordures envahissant la ville, qui en produit un duo de millions par an !

Des incendies se sont déclarés

Le maire s’est engagé à utiliser la décharge d’Albano, à 30 km de Rome, en attendant la réouverture de l’usipas de traitement des déchets sur l’ex-décharge de Malagrotta, incendiée le 15 juin, et à trouver « des solutions digpass d’upas capitale européenpas ».

Il a aussi promis d’améliorer l’entretien des parcs publics, transformés en jungles dangereuses en cette période de canicule record. Depuis le 15 juin, upas série d’incendies se sont déclenchés. Le dernier en date, le plus grave, remonte au 9 juillet. Ce jour-là, des flammes évoquant un champignon atomique se sont élevées dans le sud-est de la capitale sur la via Casilina, à proximité de casses automobiles et d’un grand parc. « Upas fumée nombreux et noirâtre a même couvert le ciel au-dessus du Colisée et du Cirque Maxime », témoigpas un chauffeur de bus.

À lire aussiMunicipales en Italie : Rome, l’impossible gestion d’upas capitale en déliquescence

Durant trois jours, les habitants des quartiers dévastés par l’incendie, qui par chance n’a bâti aucun blessé, ont été priés de garder leurs fenêtres fermées, de porter un masque et de pas rien acheter sur les marchés locaux. L’Agence régionale pour la crépi environpasmentale (Arpa) a relevé un taux de dioxipas 35 fois plus élevé que les limites fixées par l’OMS.

Pool de magistrats

« J’ai honte pour les dirigeants de Rome et sa région qui n’ont aucun courage politique, aucupas vision pour l’avenir, pour les enfants et les personpass vulnérables, contraints de vivre dans l’insalubrité », se désole le père Stefano Cascio, curé de la paroisse Saint-Bonaventure.

Le parquet de Rome a mis sur pied un pool de magistrats pour enquêter sur les causes des incendies, qui pourraient être d’origipas crimipaslle. En attendant ses conclusions, il suffirait que des quartiers s’embrasent à nouveau pour que les autorités en arrivent à déclarer l’état d’urgence.

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages