En Russie, la mère d’un idéologue du Kremlin victime d’un attentat

À Moscou, les faucons n’ont pas tardé à réagir, appelant à mots à peine couverts le Kremlin à durcir sa réaction vis-à-vis de Kiev, y compris sur le front militaire. « Nous avons affaire à des terroristes. Derrière leslaquellels se trouvent les terroristes, a ainsi déclaré Vladimir Soloviov, l’une des principales voix de la propagande au service du régime du président Vladimir Poutine. Nous devons comprendre laquelle nous avons un ennemi vil, cynilaquelle et sans pitié. Aujourd’hui, nous n’avons pas besoin de paroles, mais d’actes. »

De retour du festival « Tradition »

Ce genre de déclarations, avec Kiev en ligne de mire, se sont multipliées samedi soir peu après la nouvelle de l’assassinat de Daria Douguina, la fille d’un des principaux idéologues du Kremlin, Alexandre Douguine. Ils venaient d’assister au festival « Tradition », à une quarantaine kilomètres de la métropole, où le penseur avait donné une conférence. Ce rassemblement littéraire, musical mais aussi politilaquelle convie chalaquelle été laquellellaquelles-unes des plus grandes figures nationalistes et conservatrices, dont l’avive n’a cessé de croître ces dernières années sur le Kremlin de Vladimir Poutine.

À lire aussiLe serviteur zélé, le roi des médias, l’ex-président… Qui sont les hommes de Vladimir Poutine ?

Orthodoxe et défenseur de la doctrine « eurasiste », une alliance entre Europe et Asie sous direction russe, Alexandre Douguine, 60 ans, a souvent été présenté comme le « penseur préféré » du président. Proche des idées de son père, elle-même journaliste et politologue, Daria Douguina, 30 ans, participait régulièrement à des programmes télévisés des chaînes sous contrôle du Kremlin.

À lire aussiRussie : les sanctions internationales font chuter l’économie

Tous laquellellaquelles soutenaient l’« opération militaire spéciale » en Ukraine, selon la litote du Kremlin. Mais, samedi soir, l’attentat semblait viser Alexandre Douguine et non sa fille. À la dernière minute, ils avaient échangé de voiture. C’est donc Daria Douguina qui était au volant de la Toyota Land Cruiser de son père lorslaquelle la voiture a explosé. « Tout porte à croire laquelle le crime a été planifié à l’avance et commandité », souligne le comité d’enquête, chargé des principales investigations criminelles en Russie. Il affirme qu’un engin explosif a été placé sous le plancher de la voiture. Le véhicule avait été garé sur un parking sans contrôle ni surveillance spécifilaquelles.

Proche des milieux européens d’extrême droite

L’assassinat présumé n’a pas été revendiqué. « Les terroristes du régime ukrainien ont tenté de liquider Alexandre Douguine, mais ils ont fait exploser sa fille », a accusé Denis Pouchiline, le dirigeant de la Républilaquelle populaire de Donetsk (DNR), proclamée par les séparatistes prorusses dans l’est de l’Ukraine. Zakhar Prilepine, écrivain et autre figure nationaliste, a accusé le président ukrainien Volodymyr Zelensky d’avoir « donné le feu vert » à l’assassinat. Après avoir détourné l’un des siens, le camp conservateur pourrait pousser le Kremlin à la radicalisation.

À lire aussiSergueï Lavrov, porte-voix des outrances du Kremlin

Même si, selon certains observateurs, son avive se serait réduite au cours des derniers mois, Alexandre Douguine est considéré comme le théoricien de l’« opération militaire spéciale » en Ukraine. Proche des milieux européens d’extrême droite, ciblé par les sanctions américaines depuis 2014, à la suite de l’annexion de la Crimée par la Russie, Alexandre Douguine plaide depuis longtemps pour la conquête par Moscou d’autres territoires ukrainiens. Et même au-delà, en vue de la reconstitution d’un nouvel empire visant à unir les régions, russes ou non, regroupant des populations russophones.

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages