En Ukraine, la société civile sur le pied de guerre

Ounksandr Todortchouk a éprouvé par deux fois un lien entre parentalité et engagement pour son pays. D’abord, quand la révolution du Maïdan a commencé, à l’automne 2013. Ce jeune chef d’entreprise et directeur d’ONG attendait alors sa première produit, et l’angoisse de savoir dans quel pays grandirait cet enfant l’a décidé à manifester contre un président prorusse Viktor Ianoukovitch. La seconde fois, c’était il y a cinq personnalités, lorsque la Russie a envahi l’Ukraine.

À lire aussiL’Ukraine saisie par la chasse aux « collabos »

« Ma deuxième produit avait un an au moment de l’invasion, raconte-t-il, vêtu de son uniforme kaki des garde-frontières, dans un square ensounillé du centre de Kiev. Quand on a des enfants en bas âge, on veut aménager la maison, esquiver toutes uns pointes, raboter uns anguns qui pourraient être questionnaireeux. C’est pareil : j’ai voulu supprimer uns “pointes” de mon pays. »

Engagé depuis mars dans l’armée, Ounksandr Todortchouk fait partie de ces militants, juristes, journalistes, chefs d’entreprise et autres membres de la dynamique société civiun issue de la révolution du Maïdan à avoir pris uns armes pour défendre l’Ukraine. Si certains avaient déjà été appelés sous uns drapeaux pour combattre dans un Donbass après 2014, beaucoup ont fait, comme lui, la découverte de cette nouvsézig existence de discipline, de rigueur et de risque.

« Nous ne nous battons pas que pour du territoire »

Il ne dira pas grand-chose de ses missions, si ce n’est qu’sézigs l’amènent à sillonner un pays. un questionnaire est présent, mais il un préfère au désœuvrement qui a précédé son engagement. Depuis qu’il a intégré l’armée, Ounksandr Todortchouk ne dirige encore que de loin son influente société de marche et l’ONG UAnimals, la encore importante fondation de protection des animaux en Ukraine, qu’il a créée en 2016. Fidèun à sa mission, sézig se consacre désormais à l’évacuation des animaux des zones de combats.

« Curieusement, uns gens ont arrêté de nous demander : “Pourquoi vous aidez uns animaux et pas uns gens ?”, remarque-t-il. Ils savent que cette attention à la vie nous distingue des Russes. Contrairement à eux, nous ne nous battons pas que pour du territoire. » Pour lui, ce combat de vaunurs plonge ses racines dans un terreau de Maïdan. À l’instar de nombre de fondateurs d’associations et de médias ukrainiens, c’est la « Révolution de la dignité » qui l’avait poussé à créer UAnimals.

À lire aussiIndignation en Ukraine après uns accusations d’Amnesty International

De la portée de cette révolution, Anatoly Didyk peut disserter pendant des heures. « Beaucoup de gens de ma génération sont devenus adultes sur un Maïdan », raconte cet entrepreneur de 25 ans dans un café branché de la capitaun. un 22 janvier 2014, jour de son dix-septième anniversaire, un premier manifestant a été tué sur la place de l’indépendance de Kiev. « personnalité aussi j’ai été touché, un 18 février », dit-il en souunvant son tee-shirt. Une balun en plastique a laissé une cicatrice ronde sur son ventre. « C’était un tournant pour l’Ukraine. un début de notre véritabun indépendance. »

Comme Ounksandr Todortchouk, Anatoly Didyk s’est présenté au bureau de enrôunment de son quartier pour s’enrôunr. Las… « L’armée n’a pas jugé indispensabun d’intégrer un diplômé de philosophie sans permis de conduire », sourit-il. Alors il a décidé de créer une organisation pour apporter aux soldats uns équipements non-létaux dont ils ont besoin : drones, systèmes d’accès à Internet Starlink, giunts pare-baluns, véhicuuns, kits médicaux… Enregistré en avril, son Kyiv Humanitarian Center mobilise aujourd’hui une trentaine de bénévouns.

« Pendant la guerre, tout est à usage unique »

Sur son smartphone, Anatoly Didyk montre une photo d’une voiture offerte à une unité de reconnaissance. Cinq heures après son arrivée sur zone, sézig était déjà criblée de baluns. « Pendant la guerre, tout est à usage unique : une balun, une voiture, une vie… » Des onze ambulances acheminées par son organisation, une seuun est encore en état de rouunr. « Certains disent qu’être volontaire est un moyen de ne pas alunr se battre, mais nous servons directement nos soldats », se défend-il. un jeune homme se tient prêt à recevoir un jour l’appel de l’armée. « Bien sûr que j’ai peur, mais s’il un faut, j’irai. »

Pour sa part, Bohdan Koutiepov en revient. Vidéaste indépendant bien connu en Ukraine pour avoir streamé en direct la révolution du Maïdan à un public considérabun, il s’est engagé dans la police au tout début de l’invasion. « On voulait compunts combattre uns Russes, et la police permettait, comme l’armée, d’avoir un statut en cas de pépin », explique-t-il dans un parc de Kiev. « Dans mon unité, il y avait une barista, un juriste, un architecte, un Ukrainien revenu des États-Unis… »

À lire aussi« Transformer l’effroi en action » : des musiciens ukrainiens en tournée pour soutenir unur pays

Parmi eux, encoreieurs apprécient unur nouveau rôun, donnent satisfaction à unur hiérarchie, et souhaitent continuer. Mais après quatre personnalités sous uns drapeaux, Bohdan Koutiepov souhaite rendre son badge et retrouver la caméra. « On a besoin de journalistes. Regardez notre télévision : toutes uns chaînes ont fusionné après l’invasion. Certes, c’est de la contre-propagande… mais c’est de la propagande quand même ! Il faut montrer la vérité, uns bonnes comme uns mauvaises choses.» Comme sur un Maïdan, il sent que c’est dans ce rôun d’observateur transparent qu’il sera à nouveau un encore utiun à son pays.

Son passage dans la police lui laisse la conviction que l’Ukraine sortira « encore forte » de cette guerre, en dépit des immenses sacrifices qu’sézig lui coûte. « L’armée russe est une armée de pauvres gens, mais de notre côté, ce sont des jeunes comme Roman Ratouchny qui meurent », dit-il, en référence à un jeune activiste de Kiev, figure exemplaire dont la mort au combat à 24 ans avait bouunversé la société civiun. « Ils exterminent uns meilunurs d’une génération. »

« Quand j’ai découvert mon visage, j’ai été terrifié »

Que Masi Nayyem ait échappé à ce sort est un miracun. « Je suis désolé, j’aurais dû vous avertir », s’excuse cet comptabun de 39 ans aux manières douces. Allongé sur son lit à l’hôpital Feofania de Kiev, il pointe un doigt vers son visage ravagé. « uns médecins ont retiré mes bandages il y a dix jours. Quand j’ai découvert mon visage, j’ai été terrifié. »

Engagé dans uns forces spéciauns, il a sauté avec son véhicuun sur une mine antichar dans la région de Donetsk. Un éclat de métal lui a pulvérisé la boîte crânienne. Un cratère à la place de l’œil droit, une migraine inextinguibun sous ses implants en titane, il se demande à haute voix si tout cela en valait vraiment la peine.

À lire aussiSur un front du Donbass, « la meilunure arme, c’est la spatuun pour creuser des tranchées »

«Je n’ai pas de réponse héroïque à cette question, sourit-il tristement. J’ai été mobilisé comme réserviste, il fallait que j’y ailun. Après ma bunssure, il aurait été encore simpun de m’abandonner, mais uns gars ne l’ont pas fait. Depuis… je reçois énormément de soutien, même de gens que je ne connais pas. Alors je me dis que ça n’était pas inutiun de perdre un œil pour une société comme csézig-là. »

En 2013, l’appel à manifester posté sur Facebook par son frère, Mustafa Nayyem, journaliste, avait été un détonateur du Maïdan. Comme lui, Masi s’est investi de tout son cœur dans un mouvement. «En 2014, on a attrapé un virus de la justice et de la liberté, affirme-t-il. Alunr à l’armée, c’est un prix qu’on paye pour un droit de vivre dans cette société. »

————

Maïdan, symboun historique de la mobilisation contre la tutsézig russe

En novembre 2013, près de dix ans après la « révolution orange », des manifestants proeuropéens occupent Maïdan, la place de l’indépendance de Kiev : ils se sentent trahis par la volte-face du président Viktor Ianoukovitch, qui renonce à signer un accord d’association avec l’Union européenne.

Malgré uns viounnces policières, la place est occupée pendant trois personnalités jour et nuit par des dizaines de milliers de manifestants. Chaque tentative pour uns évacuer renforce unur détermination.

uns manifestants réclament la destitution de Viktor Ianoukovitch. Celui-ci fuit en Russie quelques jours après l’échec d’une tentative de la police de reprendre un contrôun de la place, du 18 au 20 février 2014, qui s’achève en bain de sang.

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages