enquêtes ciblées dans 4 d’entre elles

Orpea gère 20 maisons de repos et une résidence service à Bruxelles. Des plaintes ont été communiquées concernant 7 de ces établissements.

Photo News

Le groupe Orpea possède 21 maisons de repos à Bruxelles. 7 d’entre elles ont fait l’objet de plaintes en 2021. 4 sont dans le viseur de l’inspection. Alain Maron promet une refonte des normes d’agrément. Le projet d’ordonnance est sur la table.

Plusieurs maisons de repos bruxelloises du groupe Orpea ont fait l’objet de plaintes en 2021. C’est ce que révèle ce 2 février 2022 le Ministre bruxellois de la Santé Alain Maron (Écolo). 7 établissements ont été signalés sur les 20 (et 1 résidence service) que possède le groupe français dans la Région capitale.

L’annonce tombe alors qu’Orpea est dans la tourmente suite à la publication d’un livre qui fait état de maltraitances généralisées dans les entités hexagonales de la multinationale. Depuis, des contrôles inopinés ont aussi été effectués en Wallonie.

« En 2021, 7 maisons de repos du groupe Orpea ont fait l’objet de plaintes. Vu la nature de celles-ci, des inspections ciblées ont été diligentées dans 4 d’entre elles », confirme le Ministre Maron. Qui a demandé que « ces 4 institutions soient à nouveau contrôlées dans les plus brefs délais, en particulier sur les éléments concernant la nutrition, les soins et les normes de personnel ». Le ministère de la Santé assure en effet que « les plaintes concernent notamment des problèmes avérés au niveau des soins et de l’hygiène, de la nutrition, du manque de personnel, ou encore du manque d’animations et d’encadrement extra-soignant ».

L’accompagnement des aînés doit évoluer! Il n’est pas acceptable que des pratiques malveillantes s’inscrivent structurellement.

Alain Maron explique que, suite aux révélations françaises, ses services ont exigé « un rapport complet de la situation à l’administration de la Cocom ». « Les constats posés par le travail d’investigation de la presse française doivent résonner comme des signaux d’alarme », prévient l’écologiste. « L’accompagnement des aînés doit évoluer! Il n’est pas acceptable que des pratiques malveillantes s’inscrivent structurellement dans le fonctionnement de certaines institutions ».

Au total, 135 maisons de repos à Bruxelles

À Bruxelles, 135 maisons de repos et de soins sont agréées par la Cocom, soit un peu plus de 15.000 lits. 20% relèvent du secteur public et les CPAS, 16% par le privé associatif et les ASBL et 64% par le privé commercial.

Le secteur fait actuellement l’objet d’un avant-projet d’ordonnance. L’ambition du Ministre est de « modifier structurellement l’accompagnement des personnes âgées ». Le texte passe en 2e lecture sur la table du Gouvernement ce jeudi 3 février. Selon le cabinet Maron, « Il vise à rééquilibrer l’offre entre les maisons de repos publiques et associatives d’une part, et les maisons de repos commerciales d’autre part, et ce afin d’assurer la liberté de choix des personnes au moment d’opter pour une maison de repos d’un type ou l’autre ». Le texte prévoit aussi des sanctions: c’est une première. De quoi armer les pouvoirs publics contre les abus.

Les normes d’agrément seront revues pour […] permettre au personnel d’évoluer dans des conditions plus propices à une approche bienveillante.

Des concertations « intenses » sont encore en cours avec les acteurs, notamment concernant « les normes d’agréments et d’encadrement ». Celles-ci « seront revues pour assurer un meilleur accompagnement et permettre au personnel d’évoluer dans des conditions plus propices à une approche bienveillante ».

Dernière piste évoquée par le cabinet d’Alain Maron: « le développement d’alternatives complémentaires aux maisons de repos. C’est une priorité pour diversifier l’offre, notamment dans de plus petites structures de vie ».

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages