faudra-t-il renégocier avec les assurances?

Les estimations des dommages liés aux inondations flirtent avec la limite prévue dans l’accord Région/assurances. Si ça dépasse, on fait quoi? C’est prévu dans le protocole.

En août dernier, le gouvernement wallon bouclait un protocole d’accord avec le secteur des assurances. Objectif: couvrir à 100% les sinistrés des inondations de la mi-juillet, pour ceux qui étaient assurés en risques simples. Sans cela, la couverture assurantielle allait plafonner à 20% des dommages estimés.

Dans ce protocole, il existe une clause, dite « clause de rendez-vous ». Elle prévoit que si les indemnisations effectivement versées atteignent 1,5 milliard€ et si les estimations dépassent 1,7 milliard, alors le gouvernement et les compagnies d’assurances doivent se mettre à nouveau autour de la table et « réexaminer le mécanisme de répartition des coûts « , explique le ministre-président wallon.

 

Estimations

 

Où en sommes-nous? Les assurances rendent un rapport mensuel au gouvernement wallon. « Selon le rapport du 30 septembre, il y en aurait pour 1,734 milliard€ de dommages à couvrir pour le risque simple en Wallonie », répond le ministre-président Elio Di Rupo, interrogé à ce sujet au Parlement wallon.

Si la situation reste en l’état (1,7 milliard), le protocole s’applique: les assurances versent leur quote-part de 650 millions et la Région couvre le milliard restant. Sinon, la « clause de rendez-vous » s’active et on rediscute du partage de la charge.

Le prochain rapport est attendu pour la fin de ce mois. L’état des lieux sera déjà plus précis. « En effet, pour l’instant, ce 1,734 milliard est constitué en grande partie d’estimations bien plus que de paiements. Et ces estimations peuvent encore évoluer, à la hausse comme à la baisse « , explique Elio Di Rupo.

« Un dépassement est donc possible, en déduit François Desquesnes (cdH, opposition). On voit qu’on est à la limite. Sans doute viendra le moment de se remettre à table. « 

 

Hausse des primes: «Immoral»

 

Une autre question est revenue plusieurs fois en commission ce lundi: celle de la hausse possible des primes. Le 27 octobre, c’est ce que le secteur des assurances laissait entendre. Cette augmentation des primes serait « une tendance ».

Crédible ou pas? « Je ne sais pas, admet le Premier wallon. Mais je répète que, pour moi, ce serait immoral, vu la situation des sinistrés et l’ampleur de l’intervention publique. Le protocole avec les assurances ne prévoit nullement une hausse des primes. Il n’en a jamais été question, ni en août, ni depuis. L’accord se limite aux modalités destinées à garantir une indemnisation totale des assurés. Le reste, le niveau des primes, ça relève du fédéral. Et le ministre fédéral de l’Économie (NDLR: le PS Pierre-Yves Dermagne) partage la même position que moi sur cette supposée évolution des primes », conclut-il.

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages