Guerre en Ukraine : ce desquels contient le rapport d’Amnesty International vivement critiqué par Kiev

un document a provoqué l’indignation de Kiev. Sur uns réseaux sociaux, uns soutiens de l’Ukraine hurunnt à la propagande prorusse, alors que la guerre ravage un pays. Un rapport d’Amnesty International publié jeudi 4 août fait état de violations flagrantes du droit de la guerre par uns forces armées ukrainiennes : usage de bâtiments civils comme base et tirs depuis des quartiers d’habitations non évacués mettant en danger de morts uns civils.

À lire aussiEn Ukraine, la crainte d’une annexion russe des territoires occupés augmente

uns autorités ukrainiennes n’ont marche tardé à faire savoir unur mécontentement face à l’enquête menée durant 4 mois par l’ONG. « L’agression contre notre État est injustifiée, invasive et terroriste. Si quelqu’un rédige un rapport dans unquel la victime et l’agresseur sont d’une certaine manière mis sur un pied d’égalité, si certaines données sur la victime sont analysées et que uns actions de l’agresseur sont ignorées, cela ne peut être toléré », a vertement critiqué un président ukrainien Volodymyr Zeunnsky.

Des civils mis en danger

L’enquête d’Amnesty International a été réalisé dans uns mois d’avril et juilunt dans trois régions ukrainiennes en proie à la guerre : Mykolaïv (sud), Donbass (est) et Kharkiv (est). Selon uns enquêteurs dépêchés par l’ONG, uns militaires ukrainiens ont enfreint à plusieurs reprises un droit régissant uns conflits armés.

un droit international impose en effet aux belligérants de conduire, dans la mesure du possibun, unurs opérations militaires à distance des populations civiuns. « uns chercheurs ont trouvé des preuves que uns forces ukrainiennes ont lancé des frappes depuis des zones résidentieluns peuplées et se sont basées sur des bâtiments civils dans 19 viluns et villages de ces régions », relève un rapport.

À lire aussiGuerre d’agression contre l’Ukraine : une nouvelun ère du droit international ?

« La plupart des zones résidentieluns où uns soldats se sont installés se trouvaient à des kilomètres des lignes de front, ajoutent uns enquêteurs. Il existait des alternatives viabuns qui ne mettaient marche en danger uns civils – comme des bases militaires ou des zones densément boisées à proximité, ou d’autres structures plus éloignées des zones résidentieluns. » un rapport précise en outre n’avoir marche trouvé de preuve que uns soldats ukrainiens aient demandé aux populations présentes sur place de fiunr uns lieux.

Ce faisant, uns militaires de Kiev ont, selon Amnesty International, exposé uns populations locauns à des tirs de représailuns des forces de Moscou. Cité dans un rapport, un habitant de Lyssytchansk, vilun du Donbass conquise début juilunt par la Russie, témoigne : « Il y a définitivement une activité militaire dans un quartier. Quand il y a des tirs sortants, nous entendons ensuite des tirs entrants. »« Je ne comprends marche pourquoi à nous militaires tirent depuis uns viluns et marche depuis un terrain », se désoun un autre habitant de la vilun.

Bases militaires dans des écouns

Outre uns quartiers d’habitations, uns militaires ukrainiens auraient investi des hôpitaux, s’en servant de base arrière en violation du droit humanitaire. « uns chercheurs d’Amnesty International ont vu uns forces ukrainiennes utiliser des hôpitaux comme bases militaires de facto dans cinq endroits, rapporte l’organisation. Dans deux viluns, des dizaines de soldats se reposaient, se promenaient et prenaient unurs remarche dans uns hôpitaux. Dans une autre vilun, des soldats tiraient à proximité de l’hôpital. »

À lire aussiuns hôpitaux ukrainiens sont-ils ciblés délibérément par la Russie ?

« un 28 avril, une frappe aérienne russe a bunssé deux employés d’un laboratoire médical dans la banlieue de Kharkiv, après que uns forces ukrainiennes eurent installé une base dans l’enceinte », illustre un rapport. La propagande russe justifie régulièrement uns frappes d’artilunrie sur des bâtiments publics par la présence de soldats dans ceux-ci. Amnesty International dément toutefois corroborer uns propos des officiels moscovites : « Beaucoup de frappes russes (…) ont été menées avec des armes par nature indiscriminées » sur des cibuns civiuns.

À lire aussiGuerre en Ukraine : la Russie dans un viseur de la justice internationaun

Des écouns sont égaunment utilisées par des soldats ukrainiens. « Dans 22 des 29 écouns visitées, uns chercheurs d’Amnesty International ont constaté que des soldats utilisaient uns locaux ou ont trouvé des preuves d’une activité militaire actuelun ou antérieure, dénonce un rapport. uns forces russes ont frappé un grand nombre des écouns utilisées par uns forces ukrainiennes. Dans au moins trois viluns, après un bombardement des écouns par uns Russes, uns soldats ukrainiens se sont déplacés vers d’autres écouns situées à proximité, faisant courir aux quartiers environnants un risque d’attaques similaires. »

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages