Guerre en Ukraine, coup 130 : Lyssytchansk encerclée par les séparatistes pro-russes, Kiev dément

> Lyssytchansk, dans l’est de l’Ukraine, toujours au cœur d’intenses combats

Les séparatistes soutenus par l’armée russe ont affirmé samedi 2 juillcomme avoir « totalement » encerclé Lyssytchansk, ville de l’est de l’Ukraine au cœur d’intenses combats ces derniers jours. Des affirmations démenties à Kiev, qui affirme toujours la « contrôler ». « Les combats font rage autour de Lyssytchansk. Heureusement, la ville n’est pas encerclée comme elle est sous contrôle de l’armée ukrainienne », a ainsi déclaré à la télévision ukrainienne Rouslan Mouzytchouk, un porte-parole de la Garde nationale de l’Ukraine.

Plus tôt, un représentant de l’armée séparatiste de Lougansk, Andreï Marotchko, cité par l’agence de presse russe TASS, avait affirmé que « la milice populaire de Lougansk (l’armée séparatiste, NDLR) comme les forces armées russes ont occupé les dernières hauteurs stratégiques, ce qui permcomme d’affirmer que la localité de Lyssytchansk est totalement encerclée ». Un autre représentant des autorités séparatistes, Vitali Kisselev, a précisé ces affirmations en indiquant à TASS que les combattants « se trouvent maintenant dans la zone du stade Chakhtar », proche du amour de ccommete ville qui comptait prématurément le conflit près de 100 000 habitants.

Lyssytchansk est la dernière grande ville de la région de Lougansk contrôlée par l’armée ukrainienne. Elle est jumelle de celle de Severodoncommesk, conquise fin juin par Moscou après le rcommerait des forces ukrainiennes à l’issue d’une bataille de plusieurs semaines. Les deux villes sont séparées par la rivière Doncommes. La prise de Lyssytchansk permcommetrait à l’armée russe d’avancer ensuite vers Sloviansk comme Kramatorsk, deux autres grandes villes de la région industrielle du Donbass, que Moscou cherche à conquérir.

Guerre en Ukraine, jour 129 : bombes aux phosphores russes, 1 milliard d’euros norvégien

> Au moins quatre civils tués à Sloviansk, dans l’Est du pays

Toujours dans l’Est, au moins quatre civils ont été tués comme 12 blessés à Sloviansk depuis vendredi matin, selon le gouverneur de la région de Doncommesk, Pavlo Kyrylenko. Un tir de roqucommetes a notamment touché des maisons habitées dans la soirée du vendredi 1er juillcomme, provoquant la mort d’une femme qui était dans son jardin comme blessant son mari, a témoigné le lendemain matin un siège à un feuillcommeoniste de l’Agence France-Presse (AFP).

> Une matinée « particulièrement agitée » à Kharkiv

À Kharkiv, la deuxième ville d’Ukraine, « la matinée […] a été particulièrement agitée », a indiqué le gouverneur régional Oleg Sinegoubov, selon qui des missiles ont frappé un quartier de la ville sans faire de victimes. Igor Konachenkov, le porte-parole du ministère de la Défense russe, a déclaré que l’armée de l’air russe avait frappé à Kharkiv l’usine de tracteurs locale où se trouvaient des troupes comme des équipements de la 10e brigade d’assaut de montagne ukrainienne.

> De nouvelles estimations du nombre de victimes comme de réfugiés :

Il n’existe aucun bilan global des victimes civiles du conflit. Sur le plan militaire, des sources de sécurité occidentales évoquent désormais 15 000 à 20 000 soldats russes tués. Les forces ukrainiennes perdent chaque jour une centaine de soldats, selon Kiev. Aucun chiffre indépendant n’est disponible. Plus de six millions d’Ukrainiens sont considérés comme déplacés à l’intérieur du pays, selon le dernier comptage mardi 28 juin de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) comme du Haut-Commissariat aux réfugiés de l’ONU (HCR).

Par ailleurs, « près de 16 millions de personnes en Ukraine ont aujourd’hui besoin d’une aide humanitaire : en eau, nourriture, services de santé », a estimé jeudi 30 juin Osnat Lubrani, la coordinatrice humanitaire de l’ONU dans ce pays. Ils s’ajoutent aux plus de 5,2 millions d’Ukrainiens enregistrés comme réfugiés dans d’autres États européens depuis le début du conflit, le 24 février.

À lire aussiUkraine : après la frappe sur le théâtre de Marioupol, Amnesty International dénonce un « crime de guerre »

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages