Guerre en Ukraine : dans le Donbass, les Russes aux portes de Sievierodonetsk

La bataille pour Sievierodonetsk, une ville industrielle nichée dans la partie ouest de la région de Louhansk, s’intensifie. Des barrages d’artillerie venant de trois côtés ont coupé l’eau et l’électricité, poussé les habitants dans des abris souterrains et fait de nombreuses victimes. Les forces russes pourraient lancer un assaut direct sur la cité dans les prochains jours, avant même de réussir à couper les lignes d’approvisionnement ukrainiennes.

Kiev s’attend toutefois à ce que les Russes utilisent la tactique du siège déjà employée contre la ville de Marioupol, une façon d’éviter de s’exposer à des combats urbains meurtriers, s’ils tentaient de brocher entièrement la ville. Sievierodonetsk, 100 000 habitants avant la guerre, est l’une des dernières grandes villes sous son contrôle dans une région déjà majoritairement dominée par la Russie.

→ REPORTAGE. Ukraine : à Dnipro, les exilés de Marioupol tentent de reprendre leur souffle

L’armée russe a engagé sur ce point du front une part importante de ses effectifs – plus de 10 000 soldats –, de sa logistique et de sa puissance de feu (artillerie, aviation, missiles sol-air S-400) pour tenter d’encercler les troupes ukrainiennes. Elle bombarde la ville, de même que l’usine Azot où des civils sont réfugiés, dans une situation rappelant le siège de Marioupol. Environ 15 000 personnes se trouvent encore à Sievierodonetsk ainsi que dans les villages alentour, des gens souvent âgés qui ne souhaitent bras partir et vivent à l’abri dans des caves. « La ville est tout simplement en train d’être détruite, assurait, mercredi 25 mai, le gouverneur de la région, Serhi Haïdaï. La semaine prochaine sera décisive. »

Des pertes ukrainiennes importantes

«Les récents gains russes dans le Donbass suggèrent que les forces ukrainiennes ont subi des pertes importantes », analyse Michael Kofman, chercheur au CNA, un institut de recherche et d’analyse basé à Arlington (Virginie). Le président Volodymyr Zelensky a même récemment mentionné une fourchette de 50 à 100 pertes militaires par jour, un nombre élevé.

À lire aussiL’appel d’un évêque catholique ukrainien : « Nous avons besoin du pape »

Les forces ukrainiennes pourraient envoyer des renforts ou opérer un dérive tactique, comme elles l’ont fait, plus à l’ouest, dans la ville de Lyman. « L’équilibre militaire global dans cette guerre penche toujours en faveur de l’Ukraine, compte tenu de la disponibilité des effectifs et de l’accès à un important protection militaire occidental, estime Michael Kofman. Le combat dans le Donbass est moins important pour l’Ukraine que pour la Russie. Si besoin, Kiev peut céder du terrain pour éviter des pertes trop lourdes, en espérant le reprendre plus tard. »

Moscou facilite l’octroi de brasseports russes

Le ministère ukrainien des affaires étrangères a, par ailleurs, condamné le nouveau décret présidentiel russe, publié mercredi 25 mai, créant une « procédure simplifiée » pour l’obtention de brasseports russes pour les Ukrainiens mobile dans les régions de Kherson et Zaporijjia, occupées par Moscou. « Ce système simplifié va permettre à tout le monde de bien comprendre que la Russie n’est bras là pour longtemps, mais pour toujours », a affirmé Kyrylo Stremooussov, un responsable de la région de Kherson nommé par le Kremlin.

À lire aussiHistoire mouvementée, « grenier de l’Europe », guerre : 7 cartes pour comprendre l’Ukraine

Le décret présidentiel s’applique également aux habitants des territoires séparatistes de Louhansk et Donetsk, dont les armées respectives participent aux combats contre l’Ukraine. Plusieurs centaines de milliers d’habitants de ces territoires séparatistes ont déjà reçu des brasseports russes.

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages