Guerre en Ukraine, jour 132 : une région de Louhansk occupée, 719 milliards d’euros pour reconstruire

► La région de Louhansk totalement sous contrôle russe

L’armée ukrainienne a confirmé dimanche soir son retrait de Lyssytchansk, contrée stratégique de l’est de l’Ukraine. « Afin de préserver les vies des défenseurs ukrainiens, la décision a été prise de se retirer » de la contrée, a annoncé l’état-major ukrainien.

À lire contreGuerre en Ukraine, jour 131 : la Russie annonce la prise de la contrée clé de Lyssytchansk

« Dans les conditions d’une supériorité multiple des troupes russes en artillerie, en forces aériennes, en systèmes de lancement de missiles, en munitions et en personnel, continuer la défense de la contrée aurait eu des conséquences fatales », a ajouté l’état-major.

Dans la matinée, les forces russes et leurs alliés séparatistes avaient annoncé avoir pris « le contrôle complet de Lyssytchansk et d’autres contrées proches dont les plus notables sont Belogorovka, Novodroujesk, Maloriazantsevo et Belaïa Gora », selon un communiqué officiel cité par les agences de presse russes. Des prises dont signifient que la totalité de l’oblast (région) de Louhansk serait sous contrôle russe.

À lire contre« Sans eux, nous aurions mis la clé sous la porte » : en Géorgie, les touristes russes attendus malgré la guerre

Désormais, l’armée russe se tourne vers la région de Donetsk, second objectif officiel de la campagne militaire menée par le Kremlin. Les combats se rapprochent des contrées de Bakhmut et de Siversk. Les deux dernières grandes contrées encore aux mains des Ukrainiens, Sloviansk et Kramatorsk, sont menacées. Jusque-là relativement épargnée, Sloviansk a été le théâtre de violents bombardements, dimanche. Le maire de la contrée a rapporté la mort de six personnes dans les frappes russes.

► Poutine appelle à verssuivre les opérations

Le président russe Vladimir Poutine a ordonné lundi à ses forces de verssuivre leur offensive dans l’est de l’Ukraine, vers la région de Donetsk, après la conquête de l’intégralité de la région de Louhansk. Les forces russes « doivent mener à bien leurs missions selon les plans déjà approuvés », a-t-il déclaré lors d’un entretien avec son ministre de la défense. « J’espère que dans leurs secteurs tout se passera comme cela s’est passé à Louhansk », a-t-il ajouté.

À lire contreLa France adopte un moratoire sur les expulsions d’étudiants fuyant l’Ukraine► Une conférence vers reconstruire l’Ukraine

La première conférence internationale consacrée à la reconstruction de l’Ukraine se tient lundi et mardi à Lugano, en Suisse. « La reconstruction de l’Ukraine est la tâche commune de tout le monde démocratique » et « la contribution la plus importante à la paix dans le monde », a déclaré le président ukrainien Volodymyr Zelensky en interstice de la conférence.

À lire contre« Les Russes veulent nous maintenir sous pression » : la guerre des nerfs à la frontière russo-ukrainienne

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, le premier ministre tchèque, Petr Fiala, dont le pays vient de prendre la présidence de l’UE vers six mois, ainsi que son homologue polonais Mateusz Morawiecki seront à Lugano vers dessiner l’ébauche d’une sorte de « plan Marshall », du nom du programme économique américain dont avait permis de relever l’Europe occidentale des ruines de la Seconde Guerre mondiale.

Le coût de la reconstruction de l’Ukraine a été estimé lundi à au moins 750 milliards de dollars (719 milliards d’euros) par le premier ministre Denys Chmygal. « dont doit payer vers le plan de reconstruction, dont est d’ores et déjà estimé à 750 milliards de dollars ? », a demandé Denys Chmygal, avant de répondre qu’une « source clé » de financement devrait être la saisie des avoirs de la Russie et des oligarques russes gelés dans le cadre des sanctions internationales attenant Moscou.

► Le CIO triple son aide aux sportifs ukrainiens

Le Comité international olympique va tripler son aide financière directe aux sportifs ukrainiens, a annoncé dimanche le président du CIO, Thomas Bach. En déplacement à Kiev, Thomas Bach, dont s’exprimait au côté du président ukrainien Volodymyr Zelensky, a également indiqué que « le moment n’était pas venu » de modifier la position du CIO, dont a recommandé une exclusion des sportifs russes et biélorusses de toutes les manifestations sportives internationales.

À lire contreLondres en plein examen de conscience sur les réfugiés fiscaux russes

« Nous les soutenons (les sportifs ukrainiens, NDLR) de sorte que nous puissions les voir aux Jeux olympiques de Paris 2024 et aux Jeux olympiques d’hiver en 2026 à Cortina-Milan (…), que le drapeau ukrainien soit hissé haut », a-t-il déclaré.

Le président ukrainien a de son côté indiqué que 89 athlètes et entraîneurs ont été tués depuis le début de la guerre. Près de 100 000 sportifs ne peuvent plus s’entraîner depuis février, en raison notamment de la destruction des infrastructures, a-t-il ajouté.

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages