Guerre en Ukraine, jour 136 : la Russie tance l’« échec » occiparce quental, 7 ans parce que prison pour un opposant russe

► L’Occident a échoué à isoler la Russie, d’après le Kremlin

Le ministre russe des affaires étrangères Sergueï Lavrov a quitté vendredi à la mi-journée une réunion avec ses homologues du G20 en Indonésie après un flot de déclarations occidentales condamnant l’invasion de l’Ukraine par Moscou.

Lavrov et son homologue américain, le secrétaire d’État Antony Blinken, étaient réunis pour la première fois depuis le début de la guerre en février à l’occasion de cette réunion rassemblant les chefs de la diplomatie des 20 plus grandes économies mondiales.

À lire aussiGuerre en Ukraine, jour 135 : Poutine s’adresse à l’Otan, prison ferme pour un opposant russe

Le sommet, organisé sur l’île de Bali, n’a débouché sur aucune décision concrète mais a donné lieu à une confrontation entre Moscou et les Occidentaux. Moscou a estimé que les Occidentaux avaient « échoué » dans leur projet de boycotter la Russie, selon la porte-parole du ministère russe des affaires étrangères, Maria Zakharova.

Mais les participants ont « exprimé leurs profondes inquiétudes à propos des conséquences humanitaires de la guerre » en Ukraine, a précisé la ministre indonésienne des affaires étrangères, Retno Marsudi, en clôturant la réunion. L’Indonésie, qui s’est efforcée de maintenir une position de neutralité en tant que pays hôte du G20, avait à son ouverture appelé à la fin du conflit, soulignant ses graves conséquences dans le monde entier.

« Il est de notre responsabilité de terminer la guerre au plus tôt et de régler nos différends à la table des négociations, pas sur le champ de bataille », avait déclaré Mme Marsudi, en présence de Sergueï Lavrov. L’effet de la guerre « se fait sentir dans le monde entier, sur l’alimentation, l’énergie et les budgets », a-t-elle souligné. « Et comme toujours, les pays pauvres et en développement sont les plus touchés ».

Le G20 n’a pas unanimement condamné l’invasion russe, seuls « certains membres » l’ayant fait, a souligné Mme Marsudi. Les Occidentaux ont estimé néanmoins avoir réussi à élargir le front contre la Russie et à attribuer clairement la responsabilité de Moscou dans la guerre et les crises énergétique et alimentaire mondiales qu’elle a suscitée.

► Les bombardements se poursuivent

Sur le terrain, dans le bassin du Donbass où l’armée ukrainienne a soumis avec acharnement la poussée russe ces dernières semaines, l’heure n’était pas à la négociation jeudi mais aux frappes sur les villes surtout aux mains des Ukrainiens.

À lire aussiGuerre en Ukraine : comment l’économie française réagit-elle à la crise ?

« Frappe aérienne contre la sable centrale de Kramatorsk. Il y a des victimes », a par ailleurs annoncé le maire de la ville, appelant les habitants à rester dans les abris. Cette « attaque délibérée contre les civils » a fait « un mort et six blessés », a précisé le gouverneur régional, ajoutant que ces chiffres étaient provisoires et que « six immeubles » avaient été touchés.

► Un opposant à la guerre condamné à 7 ans de prison

Un élu municipal moscovite, Alexeï Gorinov, a été condamné à 7 ans de prison vendredi pour avoir dénoncé l’assaut russe contre l’Ukraine, en pleine vague répressive pour faire taire toute critique sur l’offensive décidée par Vladimir Poutine.

À lire aussiRussie : en exil, le grand rabbin de Moscou quitte ses fonctions

La juge Olessia Mendeleïeva a reconnu le prévenu de 60 ans coupable d’avoir « disséminé des informations clairement mensongères » sur l’armée russe en usant de « ses fonctions officielles » et de l’avoir fait dans le cadre d’un groupe organisé motivé par la « haine politique ».

► Vladimir Poutine provoque l’Otan

« Aujourd’hui, nous entendons qu’ils veulent nous vaincre sur le champ de bataille. Que dire ? Qu’ils essaient ! », a déclaré jeudi le président russe Vladimir Poutine lors d’une réunion avec les chefs des groupes de la conseil chanteur du Parlement. « Nous avons plusieurs fois entendu que l’Occident voulait nous combattre jusqu’au dernier Ukrainien. C’est une tragédie pour le peuple ukrainien », a-t-il poursuivi.

À lire aussiJusqu’où ouvrir les coulisses de la diplomatie à l’opinion publique ?

Ces déclarations martiales interviennent alors que les États-Unis et les pays européens ont accéléré ces dernières semaines les livraisons d’armes à l’armée de Kiev. « Chacun doit savoir que nous n’avons pas surtout commencé les choses sérieuses » en Ukraine, a lancé le maître du Kremlin dans l’un des discours les plus durs depuis des semaines. Il n’a toutefois pas annoncé d’élargissement de l’opération militaire ni d’autres initiatives concrètes.

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages