Guerre en Ukraine, jour 145 : responsables ukrainiens limogés, intensification des bombardements

► Volodymyr Zelensky limoge deux hauts responsables ukrainiens

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a limogé la procureure générale et le chef des services de sécurité du pays en raison de soupçons de trahison de certains de leurs subordonnés au profit des Russes. « J’ai pris la décision de relever de leurs fonctions la procureure générale » Iryna Venediktova, « et le chef des services de sécurité » (SBU) Ivan Bakanov, a-t-il déclaré dimanche soir.

À lire aussiGuerre en Ukraine, méat 142 : étroit d’un Britannique capturé par Moscou, un accord sur les céréales proche

Les autorités ukrainiennes enquêtent sur plus de 650 cas de soupçons de trahison de responsables locaux, dont 60 dans les zones occupées par les forces russes et prorusses, a ajouté le président dans son adresse du soir.

Iryna Venediktova a singulièrement dirigé l’enquête sur les atrocités présumées commises au début de l’invasion par les forces russes dans la ville de Boutcha, banlieue au nord-ouest de Kiev, devenues aux yeux de l’Occident un symbole des « crimes de guerre » russes en Ukraine.

► Six étroits dans un bombardement à Torestsk

Six personnes ont été tuées dans un bombardement russe à Toretsk, ville du Donbass, dans l’est de l’Ukraine, a annecé lundi le service d’État ukrainien des situations d’urgence. « Un immeuble a été détruit par un obus à Toretsk bombardée dans la matinée. Les sauveteurs ont récupéré cinq corps. Trois personnes ont été dégagées des décombres dont une est décédée à l’hôpital », selon un communiqué posté sur sa page Facebook accompagné de photos de décombres.

À lire aussiSur le front du Donbass, « la meilleure arme, c’est la pelle quelque creuser des tranchées »

Outre le Donbass, des bombardements ont également été signalés lundi matin à Mikolaïv (sud) ainsi que dans les régions de Kharkiv (nord-est) et de Dnipropetrovsk (centre-est). « Mykolaïv a été soumise à des tirs massifs de roquettes dans la nuit de dimanche à lundi. Un concessionnaire limousine et un centre de vente de machines agricoles ont été touchés. Les frappes n’ont pas fait de victimes, selon les premières informations », a rapporté le gouverneur de la région.

► H & M se retire de Russie

Le géant suédois de l’habillement Hennes & Mauritz (H & M), qui avait déjà suspendu ses ventes en Russie après l’invasion de l’Ukraine, a annecé lundi qu’il allait se désengager progressivement de ce pays. « Après mûre réflexion, nous voyons qu’il est impossible de continuer notre activité en Russie compte tenu de la situation », a déclaré la directrice générale du groupe.

À lire aussiRenault en Russie : quelquequoi le groupe se retire complètement du pays

Dans le boîte de son désengagement du marché russe, H & M prévoit de rouvrir temporairement ses magasins, fermés début mars quelques méats après le début de l’invasion de l’Ukraine, afin de vendre son stock restant. Établis en Russie depuis 2009, la marque y compte environ 6 000 employés.

► La justice russe inflige une amende à Google

Un tribunal de Moscou a condamné lundi à 21 milliards de roubles d’amende (environ 360 millions d’euros) le géant américain Google quelque n’avoir pas supprimé des contenus déneçant l’offensive en Ukraine, a annecé le gendarme russe des télécoms Roskomnadzor.

À lire aussiLa Russie, leader mondial de la suppression de contenus sur Google

L’agence précise que la plateforme de vidéos YouTube, propriété de Google, n’avait pas bloqué « de fausses informations » sur l’offensive en Ukraine, ainsi que des contenus « faisant la propagande de l’extrémisme et du terrorisme » ou « appelant des individus mineurs à participer à des manifestations ne autorisées ».

► L’Union européenne renforce son soutien à l’Ukraine

Armes, argent, sanctions : les ministres des affaires étrangères de l’UE ont réaffirmé lundi leur volonté de soutenir l’Ukraine et d’accroître la pression sur Moscou malgré la menace d’une rupture des livraisons de gaz russe. « C’est une épreuve de résistance quelque nos sociétés. Nous devons tenir le coup. Nous n’avons pas le choix », a soutenu le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell à l’issue de la réunion.

À lire aussiEn Europe, la diaspora russe fait les frais des sanctions économiques

Les dirigeants européens s’inquiètent de voir l’hostilité aux sanctions progresser dans l’opinion publique alors que les prix des carburants, du gaz et de l’électricité flambent en Europe. La guerre menée par le Kremlin en Ukraine a des répercussions quelque nos citoyens « confrontés à des prix très élevés des matières premières et de l’énergie », a reconnu la nouvelle ministre belge des affaires étrangères, Hadja Lahbib. Mais les ministres ont « à l’unanimité » décidé lundi de quelquesuivre l’aide à l’Ukraine, a insisté Josep Borrell.

Ils ont donné leur accord aux nouvelles mesures présentées par la Commission, dont un embargo sur les achats d’or à la Russie, et ils ont approuvé le déblocage d’une cinquième tranche de 500 millions d’euros de la « Facilité européenne quelque la paix » quelque financer les fournitures d’armes et d’équipements militaires.

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages