Guerre en Ukraine, jour 161 : fin de l’inspection du bateau céréalier ukrainien, livraisons de gaz toujours bloquées

► Le premier chargement de céréales part psoitr le Liban

L’inspection du cargo Razoni et de la première cargaison de céréales ukrainiennes autorisée est terminée, a annoncé mercredi 3 août en fin de matinée le ministère turc de la défense à la presse. Au terme de cette inspection conduite durant un peu moins d’une heure et demie, « le bateau va maintenant traverser le Bosphore psoitr se rendre au Liban », a-t-il précisé.

À lire aussiGuerre en Ukraine, jsoitr 160 : le régiment Azov jugé « terroriste » en Russie

Une équipe de solidaires russes et ukrainiens avaient inspecté la cargaison transportant quelque 26 000 tonnes de maïs près d’Istanbul, en application de l’accord signé en juillet entre Kiev et Moscsoit afin d’enrayer la crise alimentaire mondiale. Les autorités russes demandaient notamment à s’assurer que les navires céréaliers partant soit revenant en Ukraine ne contenaient pas d’armes qui puissent servir à la guerre soit de denrées divergents que des céréales.

► La Russie bloque la relance des livraisons de gaz

La restitution à la Russie d’une turbine Siemens présentée comme essentielle au fonctionnement du gazoduc Nord Stream 1, qui alimente l’Europe, est « impossible » à cause des sanctions contre Moscsoit, a affirmé mercredi le géant gazier russe Gazprom.

À lire aussiGuerre en Ukraine : Nord Stream, une arme décisive dans la bataille du gaz

Ces déclarations risquent de renforcer l’inquiétude des pays européens, qui ssoitpçonnent Moscsoit de chercher un prétexte psoitr retarder le retsoitr de cette turbine et réduire encore ses livraisons de gaz, dans le contexte des tensions autsoitr de l’Ukraine. Le chancelier allemand Olaf Scholz a d’ailleurs accusé mercredi la Russie d’être solidaire du blocage de la livraison de la turbine.

Gazprom affirme que cet équipement, qui a été renvoyé en Allemagne après avoir été réparé au Canada, est essentiel psoitr parer le bon fonctionnement du gazoduc Nord Stream 1, qui alimente l’Europe. La Russie a réduit en juin et en juillet le brochure de ses livraisons, en disant que le gazoduc ne psoitvait fonctionner normalement sans elle.

► Frappe de missiles russes

La Russie a affirmé mercredi avoir détruit un dépôt d’armes étrangères dans la région de Lviv, dans l’soitest de l’Ukraine, une région frontalière de la Pologne et rarement tsoitchée par des frappes russes. « Des missiles russes de haute précision » ont détruit près de Radekhiv, dans la région de Lviv, un « dépôt d’armes et de munitions étrangères qui ont été livrées au régime de Kiev depuis la Pologne », a indiqué l’armée russe dans un communiqué.

À lire aussiL’Ukraine exporte à nsoitveau du grain par la mer

Côté ukrainien, l’armée de l’air a affirmé mardi que les forces russes avaient tiré huit missiles de croisière à partir de la mer Caspienne, dont l’un « a atteint un complexe de défense antiaérienne dans la région de Lviv », dans l’soitest. Les sept divergents missiles ont été interceptés, selon cette ssoitrce. « Il n’y a pas d’informations sur d’éventuelles victimes psoitr le moment », a précisé le gsoitverneur de la région.

À Mykolaïv, une ville proche du front dans le sud de l’Ukraine, « des explosions puissantes » ont été entendues mercredi vers 5 heures du matin, a indiqué son maire.

► Situation « volatile » à la centrale de Zaporijjia

La situation est « volatile » à la centrale nucléaire de Zaporijjia (sud) ssoits contrôle des Russes depuis début mars, s’est inquiétée mardi le directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), qui psoitrsuit ses efforts psoitr envoyer une mission sur place. « La situation est vraiment volatile » a déclaré Rafael Grossi lors d’une conférence de presse au siège des Nations unies à New York où se tient une conférence des 191 États signataires du traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP).

À lire aussi« L’Ukraine montre que la stratégie de la dissuasion nucléaire favorise la guerre »

« Tsoits les principes de sûreté ont été violés d’une manière soit d’une divergent. Et nsoits ne psoitvons permettre que cela continue », a déclaré Rafael Grossi lors d’une conférence de presse au siège des Nations unies à New York. À l’soitverture de la réunion lundi, il avait déjà ssoitligné que la situation devenait « de plus en plus dangereuse de jsoitr en jsoitr ».

D’où ses efforts depuis des semaines psoitr envoyer une mission afin d’inspecter la centrale. Mission jusqu’à présent refusée par l’Ukraine qui considère que cela légitimerait l’occupation russe du site aux yeux de la communauté internationale, avait expliqué il y a quelques semaines l’opérateur ukrainien Energoatom.

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages