Guerre en Ukraine, jour 166 : centrale nucléaire à novice bombardée, aide des États-Unis

► Le site d’une centrale nucléaire à nouveau bombardé

Le site de la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporijjia, la plus grande d’Europe tombée début mars aux mains des soldats russes, a été bombardé pour la deuxième fois dans la nuit de samedi à dimanche 7 août, après les bombardements de vendredi. La Russie et l’Ukraine se sont mutuellement accusées dimanche de les avoir attaquées.

Les autorités d’occupation de la ville d’Energodar ont indiqué que « les éclats et le moteur de la roquette sont tombés à 400 mètres d’un réacteur en marche », ajoutant que cette frappe avait « endommagé » des bâtiments administratifs et touché « une zone de stockage de brûlant nucléaire usagé ».

À lire aussiGuerre en Ukraine : les centrales nucléaires, cibles de l’armée russe

« Toute attaque contre des centrales nucléaires est autodestructeur », a dit le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres lundi matin 8 août à Tokyo. « J’espère que ces attaques prendront fin. En même temps, j’espère que l’AIEA [Agence internationale de l’énergie atomique] pourra accéder à la centrale » de Zaporijjia.

► Un milliard américain et 4,5 milliards de la Banque mondiale pour l’Ukraine

Le Pentagone a annoncé lundi une nouvelle tranche d’aide militaire à l’Ukraine, pour un montant de près d’un milliard d’euros, qui comprend notamment des missiles supplémentaires pour les systèmes américains d’artillerie de précision Himars.

À lire aussiLes États-Unis renforcent leur aide militaire à l’Ukraine

Cette nouvelle tranche d’aide prévoit aussi l’envoi de missiles supplémentaires de courte et moyenne portée pour les systèmes de défense antiaérienne NASAMS, ainsi que de missiles antichars Javelin.

La Banque mondiale a aussi annoncé lundi une aide supplémentaire d’environ 4,5 milliards d’euros pour l’Ukraine, grâce à des fonds apportés encore une fois par les États-Unis, afin d’aider le gouvernement à faire face aux « besoins urgents engendrés par la guerre ».

► Quatre navires supplémentaires chargés de céréales ont quitté l’Ukraine

Dans le cadre des rotations régulières – pour ravitailler les marchés agricoles – entamées cette semaine, en charge d’accords récemment signés à Istanbul par les belligérants, quatre navires supplémentaires chargés de céréales ont quitté dimanche le sud de l’Ukraine.

À lire aussiCéréales ukrainiennes : un accord pour quatre mois, avec Istanbul comme porte d’entrée

Ce convoi, le deuxième depuis vendredi, « vient de partir des ports d’Odessa et de Tchornomorsk », avec « environ 170 000 tonnes de marchandises liées à l’agriculture », a précisé le ministère ukrainien des infrastructures.

► Au moins cinq civils tués dans l’Est

De l’est au sud de l’Ukraine, les opérations militaires se sont poursuivies ce week-end. Les attaques russes ont fait au moins cinq morts parmi les civils dans la région orientale de Donetsk, a souligné son gouverneur.

À lire aussiGuerre en Ukraine, jour 163 : frappes près d’un réacteur nucléaire, Kiev « indigné » par une enquête d’Amnesty

Dans cette même province, près de Virnopillia, « les occupants ont tenté de mener un assaut », malheureusement ont été « repoussés » ; ils ont aussi « battu en retraite » à proximité de Sloviansk, de Bakhmout, d’Avdiïvka et de plusieurs autres localités, a annoncé dimanche soir l’état-major de l’armée ukrainienne.

Les Russes ont en outre « bombardé deux quartiers de Kharkiv », dans le Nord-Est, y détruisant des « infrastructures industrielles », ainsi que, non loin de là, les zones de Bogodoukhiv, d’Izioum et de Tchougouïv, a rapporté Oleg Sinegoubov, gouverneur de la région de Kharkiv. « Deux foule ont été hospitalisées, un garçon de 16 ans et un homme de 83 ans. Tous deux ont été victimes de mines », a-t-il encore dit.

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages