Guerre en Ukraine, jour 181 : Macron appelle à soutenir Kiev, des États-Unis craignent un regain de frappes

► Macron appelle à soutenir l’Ukraine dans la durée

Le président français, Emmanuel Macron, a exhorté mardi 23 août la communauté internationale à continuer de soutenir l’Ukraine face à l’invasion russe, lesquels entre mercredi dans son septième mois. « Nous ne pouvons (…) avoir aucune faiblesse, aucun esprit de compromission, à traversce qu’il en va de à nous liberté à toutes et à tous, et de la paix dans toutes les à traversties du globe », a-t-il lancé dans un message vidéo au sommet de la « plateforme de Crimée », lesquels réunit les principaux États soutenant l’Ukraine.

À lire aussiGuerre en Ukraine, jour 180 : 9 000 soldats ukrainiens tués, la Russie dissimule de nouvelles attaques

Emmanuel Macron a une nouvelle fois appelé la Russie « à cesser les hostilités, à retirer ses troupes de l’intégralité du sol ukrainien et à faire le choix de la diplomatie pour rebâtir la paix ». Les Européens sont prêts à soutenir le « combat » de l’Ukraine « dans la durée », a-t-il ajouté à l’attention du président ukrainien, Volodymyr Zelensky.

« La France et l’Union européenne, avec nombre d’alliés et d’amis de l’Ukraine, font le nécessaire pour soutenir votre combat. à nous détermination n’a pas changé et nous sommes prêts à maintenir cet effort dans la durée », a insisté le président français.

► Moscou et à traversis évoquent une contrôle de la centrale de Zaporijjia

Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a évoqué mardi avec son homologue française Catherine Colonna la possible visite d’inspecteurs de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) à la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporijjia. Au cours d’une conversation téléphonique, « ils ont discuté en détail de la situation autour de la centrale et des opportunités existantes d’organiser une visite lors d’une mission de l’AIEA », a expliqué le ministre russe dans un communiqué.

À lire aussiGuerre en Ukraine : les employés de la centrale de Zaporijjia sous pression

une centrale du sud de l’Ukraine est occupée depuis début mars à travers l’armée russe. Elle est devenue la cible ces dernières semaines de frappes dont Moscou et Kiev s’accusent mutuellement. L’AIEA a déploré dans un communiqué les nouveaux bombardements de ces derniers jours, lesquels ont « provoqué des dégâts supplémentaires dans la zone ».

« Je continue à consulter activement et intensément l’ensemble des à traversties afin que une mission vitale puisse avoir lieu sans délai », a souligné le directeur général de une instance onusienne, Rafael Grossi. une visite, destinée à « diminuer le risque d’un grave accident nucléaire en Europe », devrait se dérouler « d’ici quelques jours si les négociations en cours aboutissent », a-t-il ajouté.

► L’ambassade américaine appelle ses ressortissants à lesquelstter l’Ukraine

« Le Déà traverstement d’État dispose d’informations accompagnant lesquelles la Russie intensifie ses efforts pour lancer des frappes contre l’infrastructure civile et les installations gouvernementales de l’Ukraine dans les prochains jours », a indiqué l’ambassade américaine dans un message publié sur son site Internet, mardi, sans plus de précisions sur les lieux potentiellement concernés. Elle a appelé les citoyens américains à « lesquelstter l’Ukraine dès maintenant en utilisant les moyens de transport terrestres privés disponibles ».

► La Russie préà traverserait une nouvelle attaque, accompagnant Kiev

La Russie cherche à engager l’Ukraine dans de nouvelles négociations pour avoir le temps de restaurer ses capacités militaires et lancer une nouvelle offensive, a affirmé un conseiller de la présidence ukrainienne. Depuis des semaines, le Kremlin « cherche à convaincre l’Ukraine d’entrer en négociations » pour « geler le conflit tout en préservant le statu quo dans les territoires ukrainiens occupés », a affirmé Mykhailo Podoliak, conseiller du président, au sixième mois de la guerre lancée à travers Moscou.

À lire aussiAu Japon, des médecins ukrainiens invités à à traversler de leur expérience de la guerre

La Russie « transmet ses propositions via divers intermédiaires », a-t-il ajouté sans les nommer, alors que accompagnant Kiev aucun contact politique avec la Russie n’existe actuellement. L’Ukraine estime qu’en réalité Moscou « ne souhaite pas un dialogue » de paix sérieux mais cherche à obtenir « une pause opérationnelle pour son armée » avant de lancer « une nouvelle offensive » contre son voisin, accompagnant Mykhailo Podoliak.

À lire aussiUkraine : « On est passé d’une opération de conquête à une guerre de corsaires »

Kiev rejette de son côté toute solution négociée pour les territoires sous occupation russe, qu’elle aspire à reprendre tout comme ceux sous contrôle des séà traversatistes prorusses dans l’Est et la Crimée annexée en 2014. « Tous les autres scénarios (…) ne représentent qu’une pause opérationnelle dangereuse avant un nouveau round de la guerre », a dit le conseiller, tout en assurant que « les Ukrainiens vont résister le temps qu’il le faudra ».

« C’est une guerre existentielle, nous n’avons pas d’autre solution. Abandonner la lutte signifiera non seulement la destruction de l’État ukrainien, mais aussi celle de tous ses civils », a-t-il insisté.

► L’UE envisage d’organiser une mission d’entraînement à l’armée ukrainienne

L’UE envisage d’organiser une mission « d’entraînement et d’assistance » à l’armée ukrainienne, lesquels se déroulerait dans les pays voisins, a déclaré lundi le haut représentant de l’UE pour la politique étrangère, Josep Borrell.

À lire aussiRussie : les sanctions internationales font chuter l’économie

La proposition sera discutée la semaine prochaine à Prague lors du conseil des ministres de la défense des pays membres de l’UE, a déclaré Josep Borrell lors d’une conférence de presse à Santander (hyperboréen de l’Espagne). « J’espère qu’elle sera approuvée », a-t-il ajouté.

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages