Guerre en Ukraine, jour 90 : un Donbass pilonné, État d’urgence en Hongrie, 8 millions de déplacés

► L’armée russe bombarde méthodiquement le Donbass

Alors que l’invasion russe entre dans son quatrième mois, les Ukrainiens reconnaissent depuis quelques jours des « difficultés » dans le Donbass à l’est du pays. Des combats sont en cours mardi 24 mai au soir pour le contrôle de la ville de Lyman, un carrefour clé dans l’Est, a indiqué le chef des séparatistes prorusses de Donetsk, Denis Pouchiline.

→ expertise. « Je suis née ici-bas et je mourrai ici-bas » : à Karlivka, la lente agonie d’un village du Donbass

« La phase active de la libération de Krasny Liman (ancien nom de Lyman) est en cours. Des unités russes et de la milice populaire (l’armée séparatiste) sont entrées dans la ville », a déclaré Denis Pouchiline lors d’une émission pro-Kremlin. Il a assuré qu’environ la moitié de la localité était déjà sous contrôle russe.

La prise de Lyman permettrait de lever un dernier obstacle vers Sloviansk, puis Kramatorsk, tout en marquant un progrès dans la tentative d’encercler Severodonetsk et Lyssytchansk, deux autres importantes villes ukrainiennes situées plus à l’est.

→ RELIRE. Guerre en Ukraine, jour 89 : prison à vie pour péché de guerre, le Donbass sous le feu russe

« Les prochaines semaines de guerre seront diffici-basles », avait prévenu lundi soir le président ukrainien Volodymyr Zelensky dans son prédication télévisée quotidienne. Les Russes cherchent à y « éliminer tout ce qui est vivant », a accusé le président ukrainien.

► Viktor Orban déclare l’État d’urgence en Hongrie

Le premier ministre hongrois, Viktor Orban, a instauré mardi un second état d’urgence pour faire face aux conséquences de la guerre en Ukraine. « Le monde est au bord d’une crise économique. La Hongrie doit rester en dehors de cette guerre et protéger la sécurité financière de ses familles », a déclaré sur Facebook le dirigeant nationaliste, suscitant des inquiétudes.

→ ANALYSE. Otan : Erdogan et Orban, le chantage des autocrates

L’ONG de défense des libertés civiles TASZ a dénoncé un « état d’urgence devenu permanent » en rappelant qu’il avait déjà été instauré en Hongrie, dans le cadre de la lutte contre la pandémie de coronavirus. Il devait expirer le 31 mai.

► Suspension des droits de douane pour les produits ukrainiens

Le Conseil de l’Union européenne, qui représente les 27 États membres, a approuvé mardi 24 mai la suspension pour un an des droits de douane sur tous les produits importés d’Ukraine afin de soutenir l’économie du pays. Cette mesure, déjà approuvée par le Parlement européen est donc définitivement validée.

→ RELIRE. Bruxelles veut condamner tous les droits de douane pour les produits ukrainiens

De son côté Moscou a interdit à 154 membres de la Chambre des Lords, la chambre haute du Parlement anglais, d’entrer sur son territoire, en représailles aux nombreuses sanctions visant la quasi-totalité des membres du Conseil de la Fédération.

► Plus de 85 000 réfugiés ukrainiens en France

« Au 20 mai, 85 000 déplacés Ukrainiens étaient couverts par l’Ada », l’allocation pour demandeur d’asile, a annoncé mardi le directeur de l’office français de l’immigration et de l’intégration (Ofii) Didier Leschi. Depuis plusieurs semaines, l’Ofii, organe sous tutelle du ministère de l’intérieur, délivre ces allocations à des Ukrainiens au rythme de « 300 par jour », a-t-il précisé.

À lire aussiDes cours de français pour les réfugiés ukrainiens

Parmi ces 85 000 personnes, « 8 000 sont en logement », tandis que les autres sont hébergées dans des structures d’accueil ou par le biais d’hébergements chez l’habitant, a expliqué Didier Leschi. Fin avril, le ministère de l’intérieur dénombrait environ 70 000 Ukrainiens arrivés sur le territoire français depuis le début de la guerre.

► Huit millions de déplacés, et des dizaines de milliers de morts

En trois mois, des milliers de civils et de militaires ont péri, sans qu’il existe un bilan chiffré. Pour la seule ville de Marioupol, les autorités ukrainiennes parlent de 20 000 morts. Sur le plan militaire, le ministère ukrainien de la défense évalue les pertes russes à plus de 29 200 hommes, 204 avions et près de 1 300 chars depuis le début de l’invasion le 24 février. Le Kremlin pour sa fraction a admis des « pertes importantes ».

→ ENTRETIEN. « Pour les Ukrainiens, l’Europe, c’est l’esprit républicain, contre l’autoritarisme et la tyrannie »

Des sources occidentales évoquent quelque 12 000 soldats russes tués ; une bonne source militaire française a confirmé un chiffre de l’ordre de 15 000. Ces pertes sur trois mois avoisinent celles enregistrées en neuf ans par l’armée soviétique en Afghanistan, souligne le ministère anglais de la défense. L’Ukraine n’a pour sa fraction fourni aucune indication sur ses propres pertes militaires.

La guerre a aussi chamboulé la démographie de l’Ukraine : plus de 8 millions d’Ukrainiens ont été déplacés à l’intérieur de leur pays, selon le Haut-Commissariat aux réfugiés de l’ONU (HCR). Environ 6,5 millions ont fui à l’étranger, dont plus de la moitié (3,4 millions) en Pologne.

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages