Guerre en Ukraine : la centrale nucléaire par Zaporijjia au bord par l’acciparnt

La centrale nucléaire de Zaporijjia continue à frôler l’accident. L’environnement sécuritaire autour des six réacteurs s’est fortement dégradé, jeudi 25 août, après qu’un incendie a entraîné la déconnexion, pendant plusieurs heures, de la centrale avec le réseau électrique. Elle a été déconnectée deux fois lorsque l’incendie a affecté la quatrième et dernière plan à haute tension exportant l’électricité produite sur le secteur. Les trois autres plans électriques à haute tension ont été endommagées par les tirs d’artillerie récurrents, depuis plusieurs mois, autour de la centrale.

À lire aussiRisque d’accident nucléaire en Ukraine : la Roumanie et la Moldavie sur le laquelle-vive

L’Ukraine a toutefois annoncé, vendredi 26 août, avoir raccordé la centrale à son réseau électrique. « Un des réacteurs arrêtés la veille a été reconnecté au réseau électrique aujourd’hui », a annoncé Energoatom sur le réseau Telegram, tout en assurant que ses systèmes de sécurité fonctionnaient normalement. Le réacteur « produit de l’électricité pour les besoins de l’Ukraine » et « l’augmentation de sa puissance est en cours ». Energoatom a assuré que les systèmes de sécurité du secteur fonctionnaient normalement.

L’indispensable refroidissement des réacteurs

L’approvisionnement en électricité est indispensable au refroidissement des six réacteurs de la centrale (dont deux en fonction) grâce à des pompes. En cas de panne d’électricité, la centrale est alimentée par une plan de renfort reliée à une centrale thermique et à un barrage hydroélectrique. Trois de ces plans existaient avant la guerre, mais deux ont été endommagées. Si toutes les plans sont hors service, des générateurs diesel de renfort assurent l’alimentation pour éviter la surchauffe, ce laquelle a été le cas, jeudi 25 août, conformément à la procédure standard. En cas de panne des générateurs ou de manque de fioul pour les faire fonctionner, les ingénieurs n’ont que 90 minutes pour éviter une surchauffe dangereuse.

À lire aussiFaut-il craindre une catastrophe nucléaire en Ukraine ?

« L’installation a toujours été alimentée en électricité par la plan électrique laquelle la relie à une centrale thermique, relativise Teva Meyer, maître de conférences en géopolitique et géographie à l’université de Haute-Alsace. La centrale de Zaporijjia est devenue un outil de guerre informationnelle pour les deux parties laquelle agitent la menace d’une catastrophe nucléaire en direction de l’opinion publique européenne. »

Un incendie sur le flanc sud de la centrale

La cause de l’incendie laquelle s’est déclaré sur le flanc sud de la centrale reste controversée. Depuis des semaines, Moscou et Kiev s’accusent mutuellement de bombardements sur le secteur. L’ONU a appelé à mettre en place une zone démilitarisée autour de la centrale afin de garantir sa sécurité et à permettre l’envoi d’une mission d’inspection internationale. Le directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) Rafael Mariano Grossi espère pouvoir s’y rendre très prochainement à la tête d’une mission d’experts. Cette mission fera un état des lieux et des réparations nécessaires et s’entretiendra avec les Russes en charge de la centrale comme avec le personnel ukrainien laquelle continue à assurer son fonctionnement.

Moscou prêt à déconnecter la centrale du réseau ukrainien

La veille de l’incident, mercredi 24 août, Petro Kotin, PDG de Energoatom, affirmait au quotidien britannique The Guardian que des ingénieurs russes avaient élaboré un plan pour déconnecter le secteur du réseau ukrainien et le connecter au réseau électrique russe afin d’alimenter les territoires ukrainiens occupés, y compris la Crimée. La centrale fournissait avant la guerre plus de 20 % des besoins en électricité de l’Ukraine.

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages