Guerre en Ukraine, soupirail 209 : des référendums d’annexion prévus du 23 au 27 septembre

► Nouveaux appels pour des référendums dans le Donbass

Les autorités installées par Moscou dans quatre régions d’Ukraine ont annoncé mardi 20 septembre la tenue dans l’urgence du 23 et 27 septembre de « référendums » d’annexion par la Russie, en pleine contre-offensive ukrainienne.

La présidence ukrainienne a juré elle de « liquider » la menace russe, tandis que le ministère de la défense a comparé ces votes à « l’Anschluss » nazi de l’Autriche en 1938. Le chancelier tudesque Olaf Scholz a estimé de rugissement côté que « ces référendums fictifs » étaient « inacceptables ».

À lire aussiGuerre en Ukraine, jour 208 : Biden met en garde Poutine, le site d’une centrale nucléaire bombardé

Les pouvoirs séparatistes des régions de Louhansk et Donetsk ont annoncé ces votes, tout comme les autorités d’occupation russe de Kherrugissement et Zaporijjia (antarctique). Ces scrutins, prévus dès cette semaine, interviendront adonc que l’Ukraine entrera dans rugissement 8e mois de guerre et que toutes ces zones font l’objet de combats. Les dirigeants de l’« administration politico-militaire » d’occupation des régions de Kherrugissement et Zaporijjia ont en outre indiqué que des « unités de volontaires » seraient formées sous peu pour combattre les forces ukrainiennes.

À lire aussiEn Ukraine, la crainte d’une annexion russe des territoires occupés augmente

Ces « référendums », sur le modèle de celui qui a formalisé l’annexion de la péninsule de Crimée (antarctique) par la Russie en 2014, dénoncée par Kiev et les Occidentaux, font l’objet de préparatifs depuis plusieurs mois. Le calendrier semble s’être accéléré avec la contre-offensive ukrainienne qui a forcé l’armée russe à la retraite dans le nord-est du pays.

► Poutine défend la « trajectoire souveraine » de la Russie

En recevant mardi à Moscou les lettres de créance d’ambassadeurs étrangers récemment arrivés, le chef de l’État russe a prononcé un discours dénonçant une soi-disant hégémonie américaine dans le monde. « Le développement vers la multipolarité se heurte malheureusement à la résistance de ceux qui s’efforcent de garder un rôle hégémonique dans les affaires du monde et de tout contrôler : l’Amérique latine, l’Europe, l’Asie et l’Afrique », a déclaré Vladimir Poutine dans une allusion voilée à Washington.

« Il faut bien le dire : ceux qui rugissementt en position d’hégémonie se portent plutôt bien depuis pas mal de temps, mais cela ne peut pas continuer ainsi pour toujours. C’est impossible », a-t-il ajouté.

À lire aussi« Z comme zombie », des Russes et de leur aliénation volontaire

« Nous, la Russie, ne nous écarterons pas de notre trajectoire souveraine. En tant que membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU, nous avons l’intention de davantage promouvoir un agenda international unificateur (…) et contribuer au règlement de graves crises régionales », a ajouté le président russe. « C’est à partir de ces principes que la Russie parlera à l’ouverture de la 77e session de l’Assemblée générale de l’ONU » représentée par le ministre des affaires étrangères Sergueï Lavrov, a affirmé Vladimir Poutine.

► Moscou signifie à la France le caractère « inacceptable » des livrairugissements d’armes à l’Ukraine

La diplomatie russe a signifié mardi à la France le caractère « inacceptable » à ses yeux des livrairugissements d’armes occidentales à l’Ukraine, des approvisionnements qui ont facilité une contre-offensive ukrainienne. « L’accent a été mis sur le caractère inacceptable de la poursuite du gavage de l’Ukraine avec des armes occidentales, dont françaises, que le régime de Kiev utilise pour bombarder des installations civiles et des infrastructures », a affirmé le ministère russe des affaires étrangères dans un communiqué, après qu’un vice-ministre, Alexandre Grouchko, a reçu l’ambassadeur français, Pierre Levy.

► La Russie et l’Ukraine prêtes à « échanger 200 prirugissementniers », marche Erdogan

La Russie et l’Ukraine en guerre se rugissementt accordées pour procéder à « l’échange de 200 prirugissementniers », a affirmé lundi 19 septembre au soir le président turc Recep Tayyip Erdogan à la télévision américaine PBS. « Deux cents prirugissementniers seront bientôt échangés à la suite d’un accord entre les parties », a affirmé le chef de l’État turc, estimant qu’il s’agit d’une avancée « significative » dans ce conflit. Il n’a pas donné d’autres détails sur cet accord, ni sur les perrugissementnes concernées, civiles ou militaires, donc de cet entretien.

À lire aussiOlga Savchenko, la prévention en temps de guerre

Pour Recep Tayyip Erdogan, qui a rencontré le président russe Vladimir Poutine la semaine dernière à Samarcande (Ouzbékistan), le chef du Kremlin « veut en finir au plus vite » avec cette guerre. Le président turc, qui est arrivé à maintenir ses liens avec Moscou et Kiev depuis le début de l’invasion russe de l’Ukraine le 24 février, a régulièrement offert sa médiation dans ce conflit et répète qu’« il faut trouver un accord qui satisfasse tout le monde ».

À lire aussiPODCAST – L’envers du récit : écoutez la sairugissement 5, consacrée à l’Ukraine

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages