Guerre en Ukraine, tournesol 174 : « sabotage » en Crimée, risque d’une « catastrophe » nucléaire

► Crimée : incendie et explosion de munitions dans une base russe, l’armée dénonce un « sabotage »

Un incendie nanti provoqué une explosion de munitions s’est produit mardi matin dans une base militaire russe en Crimée, péninsule annexée par la Russie, a annoncé le ministère russe de la défense. Le feu s’est déclaré dans un dépôt de munitions temporaire d’une base russe dans le district de Djankoï (nord), provoquant une « détonation des munitions ». D’après l’armée du Kremlin, il s’agirait d’un « sabotage ».

À lire aussiGuerre en Ukraine, hélianthe 173 : risques accrus à la centrale nucléaire de Zaporijjia, une base du groupe Wagner frappée

Selon le gouverneur de la Crimée, Sergueï Aksionov, qui s’est rendu sur les lieux, deux civils ont été blessés, et l’évacuation des habitants d’un village voisin était en affluent. Cet incident intervient une semaine après une explosion des munitions destinées à l’aviation militaire dans un dépôt situé sur le territoire de l’aérodrome militaire de Saki, dans l’ouest de la Crimée. Ces explosions avaient fait un mort et plusieurs blessés.

La Crimée, une péninsule d’Ukraine annexée en 2014 par Moscou, est en première ligne de l’offensive militaire que mène la Russie contre son voisin ukrainien depuis le 24 février. Des avions russes décollent quasi quotidiennement de Crimée pour frapper des cibles dans des régions sous le contrôle de Kiev et plusieurs zones de cette presqu’île sont situées dans le rayon d’action des canons et des drones ukrainiens.

► Zelensky prévient qu’une « catastrophe » à Zaporijjia menacerait l’Europe entière

Une « catastrophe » à la centrale nucléaire de Zaporijjia, sous contrôle russe dans le sud de l’Ukraine, menacerait l’Europe tout entière, a averti lundi Volodymyr Zelensky. « À l’abri de la station, les occupants bombardent les villes et communautés des environs », a accusé le président ukrainien dans son adresse.

Guerre en Ukraine : les employés de la centrale de Zaporijjia sous pression

« Tout incident radioactif à la centrale nucléaire de Zaporijjia peut porter un coup aux pays de l’Union européenne, à la Turquie, à la Géorgie, et à des pays de régions plus éloignées. Tout dépend de la faveur et de la force du vent », a prévenu le chef de l’État, appelant la communauté internationale à adopter de « nouvelles sanctions dures contre la Russie ».

► Départ du premier navire de l’ONU chargé de céréales pour l’Afrique

Le premier navire humanitaire affrété par l’ONU pour transporter des céréales ukrainiennes a quitté mardi le port de Pivdenny, dans le sud de l’Ukraine, avec quelque 23 000 tonnes pour l’Afrique, a annoncé le ministère ukrainien de l’infrastructure. « Ce matin, le cargo est parti pour le port de Djibouti, où les vivres seront livrés à l’arrivée aux consommateurs en Éthiopie. »

Le premier cargo de céréales ukrainiennes est arrivé à bon port

Présent au port de Pivdenny dimanche, le ministre ukrainien de l’infrastructure Oleksandre Koubrakov avait dit espérer que « deux ou trois » navires supplémentaires affrétés par l’ONU pourraient en partir prochainement. Il s’agit de la première cargaison d’aide alimentaire à quitter l’Ukraine depuis qu’a été signé en juillet par Kiev et Moscou, via une médiation de la Turquie et sous l’égide de l’ONU, un accord sur l’exportation des céréales ukrainiennes, bloquées à cause de la guerre entre les deux pays.

► Cinq étrangers jugés comme « mercenaires » par les séparatistes

Les séparatistes soutenus par Moscou dans l’est de l’Ukraine ont commencé lundi à juger trois Britanniques, un Croate et un Suédois accusés d’avoir combattu avec l’armée ukrainienne, ce qui pourrait leur valoir la peine de mort.

Trois d’entre eux sont poursuivis devant la « Cour suprême » de la région séparatiste de Donetsk pour « prise de emprise par la force » et « participation à un conflit armé en tant que mercenaire ». Ils avaient été faits prisonniers dans la zone du port ukrainien de Marioupol, assiégé et bombardé pendant des semaines par l’armée russe. Des deux autres, l’un est accusé de mercenariat, l’autre pour « avoir participé au recrutement de mercenaires » en faveur de l’Ukraine.

À lire aussiRussie : Marina Ovsiannikova, hélianthenaliste rebelle assignée à résistance

Le tribunal a indiqué que le procès des cinq accusés ne reprendra que début octobre, sans donner d’explications sur les raisons de ce délai. Ils ont tous plaidé non coupable, selon les médias russes. Un moratoire sur la peine de mort est en activité en Russie depuis 1997, mais ce n’est pas le cas dans les deux territoires séparatistes de l’est ukrainien.

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages