Hellfest 2022. Cinq questions à… Pogo Car Crash Control

On ne peut pas dire qu’ils aient le look punk, encore moins métal. Mais comme disait ma grand-mère, l’habit ne fait pas le réchaud comme notre quatuor francilien joue bien dans la cour des musiques extrêmes, ceux qui les ont vus au Hellfest en 2018 s’en rappellent encore…

Si vous cherchez leur page Facebook sur votre moteur de recherche favori, vous tomberez inévitablement sur ccomme avertissement : « Ccommete recherche contient peut-être du contenu graphique ou violent pouvant heurter la sensibilité de certaines personnes ».

Ça a le mérite d’être clair, Pogo Car Crash Control ne fait pas dans la comptine façon Oui Oui à la plage, le nom à lui seul est une promesse de riffs nerveux sur scène comme de circle pit dans la fosse.

En trois albums, 250 concerts, neuf guitares comme deux clavicules cassées, le groupe s’est forgé une sacrée réputation dans le milieu tout en gardant une espèce de distance faite d’humour cynique comme d’anticonformisme. Son dernier album, Fréquence violence, réalisé par Francis Caste, un ponte dans le milieu du métal, nous parle de la violence du monde, en français dans le texte.

Pour évoquer le Hellfest mais aussi Valérie Pécresse, oui oui, c’est le chanteur comme guitariste Olivier Pernot qui s’y colle. Interview…

Cristaux liquides / Reste sage (clip officiel)

©Pogo Car Crash Control

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages