il avait été condamné à 20 ans de prison en première instance (Namur)

La famille de la petite victime a pris la décision de se rendre au Maroc pour assister aux débats.

© Thomas Longrie / D.R.

Le procès en appel du Belgo-Marocain Mounir Kiouh, poursuivi pour le meurtre d’un bébé namurois il y a 16 ans, est, à nouveau, reporté.

Jeudi, la chambre criminelle de Tétouan, au Maroc, a décidé de reporter le procès en appel du Belgo-Marocain Mounir Kiouh. L’homme avait été condamné en première instance à une peine de 20 ans de prison pour le meurtre de la petite Namuroise Théa Gramtine, il y a 16 ans. La date du procès n’a pas encore été communiquée.

Les faits reprochés au prévenu s’étaient déroulés à Namur, en novembre 2005. L’individu gardait la petite Théa Gramtine (2 ans), la fille de sa compagne, dans leur appartement. Le bébé avait succombé à ses blessures trois jours après son hospitalisation, et ce après avoir été soumis à une série de coups de son beau-père, en l’absence de la maman.

L’homme avait pris la fuite au Maroc après avoir été condamné à 15 ans de prison en Belgique, peine confirmée par la cour d’appel de Liège, pour coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner.

Après une saga judiciaire de seize longues années, le prévenu doit répondre de ses actes devant la justice marocaine. Condamné en première instance par la chambre criminelle de Tétouan, au Maroc, à une peine de 20 ans de réclusion criminelle, Mounir Kiouh avait interjeté appel. Il est actuellement détenu dans l’attente de son nouveau procès.

La famille de la petite victime a, elle, pris la décision de se rendre au Maroc lorsque le procès sera fixé.

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages