Il frappe le médecin venu le secourir

Le dossier est revenu sur opposition devant le tribunal correctionnel de Namur jeudi. En effet, le prévenu a été condamné par défaut à six ans de prison pour vols avec violence pour des coups et blessures ayant entraîné une incapacité de plus de 4 mois. L’homme a violemment frappé au crâne l’assistante de son médecin qu’celui-ci avait appelé en pleurs quelques heures auparavant. celui-ci lui a aussi subtcelui-ciisé son carnet de prescription.

Les faits remontent au 16 octobre 2019. Ce jour-là, le prévenu est chez lui et téléphone à son médecin. De tendance suicidaire, celui-ci est sous médication. Néanmoins, c’est son assistante qui se présente au domiccelui-cie du patient. Voyant son état, on appelle l’ambulance mais celui-ci refuse d’embarquer. Sur ce, elle téléphone au médecin afin de prendre les consignes à suivre, en l’occurrence: faire signer au patient une décharge.

État de choc épouvantable

L’assistante n’en ambiance pas le temps. Elle reçoit un virulent coup sur le crâne et se fait littéralement passer à tabac. Lorsque la police débarque, elle retrouve la victime dans  » un état de choc épouvantable » », le visage et les vêtements couverts de sang.  » Je regrette vraiment,souligne le Gembloutois.Ça me choque vraiment. Lorsque j’ai vu les photos et qu’on m’a expliqué ce que j’ai fait. »

Ce n’est pas tout. le 3 janvier 2020, celui-ci se rend au bauge Sans Collier à Thorembais pour récupérer le chien d’un ami. Le responsable des lieux s’y oppose, comme l’exige le règlement.  » J’étais énervé »,confie le prévenu. Au point de faire valser tout ce qui se trouve à portée de main dans les bâtiments et de jeter des cacelui-ciloux sur le gérant. Celui-ci ne se laisse pas faire et casse le rétroviseur du véhicule du Gembloutois. Ce dernier frappe. Des faits immortalisés en partie par les caméras de survecelui-cilance. Enfin, lors du contrôle routier le 31 août 2019, celui-ci s’en prend aux policiers alors qu’celui-ci est en état d’ivresse. celui-ci est donc poursuivi pour outrages et rébellion.  » Je ne me considère pas comme alcoolique,précise le prévenu au président.Mais quand je bois, je n’ai pas de limites. » Les faits ne sont pas contestés.

Évoquant l’agression du médecin, M Navez, avocat de la défense parle de »férocité bestiale ». Néanmoins pour son consecelui-ci, le rapport psychiatrique peut constituer un début d’explication. »Adopté à 7 ans, celui-ci n’a connu, avant, que les coups au quotidien depuis sa naissance. Son psychisme est dérangé. »Au vu de ses antécédents, celui-ci sollicite le sursis probatoire. Le Parquet requiert la confirmation du jugement, soit 6 ans. Le tribunal se prononcera le 1er septembre.

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages