Ils n’ont pas eu le temps d’écluser les bouteilles volées, ils se sont battus et la police est arrivée (Dinant)

weerapat1003 – stock.adobe.com

Les trois prévenus risquent de trinquer. Deux d’entre eux ont de solides antécédents qui risquent d’alourdir encore l’addition.

Trois prévenus sont concernés par cette affaire. L’un fait défaut; le second est représenté par son avocate. Seul le 3e, un habitant de Doische, a fait le déplacement jusqu’à Dinant. On leur reproche un vol de bouteilles d’alcool dans un magasin de la région. Un « exploit » qu’ils n’ont pas eu le temps de fêter. Tous trois ont été interpellés alors que deux d’entre eux se bagarraient. L’ardoise risque d’être lourde. Le Parquet requiert jusqu’à 15 mois de prison.

Les faits remontent au 25 juin 2020. À l’époque, comme l’explique le seul prévenu présent, il était en pleine dépression. Un accident de travail, une séparation qui tourne mal et puis une dépendance à l’alcool et à l’héroïne lui font toucher le fond. « Ce jour-là, j’ai bu, pris des médicaments et de la drogue. C’est le trou noir. Je sais que c’est Vincent (défaut) qui conduisait », explique-t-il. La suite? Les caméras de surveillance et la police sont là pour témoigner.

« Les images montrent deux hommes qui forcent la porte de secours avec une barre de fer retrouvée sur place, précise le Parquet. On les voit ressortir. Ensuite, la police est appelée pour une bagarre entre deux hommes. » Là, on retrouve le véhicule avec des bouteilles toujours munies de leur antivol, et des bris de verre. L’habitant de Doische, lui, est endormi. Il sera d’ailleurs entendu en tant que témoin. Néanmoins, il a quelques antécédents dont une condamnation pour incendie volontaire pour lequel il a pris 3 ans de prison avec sursis probatoire.

 

Jusqu’à 15 mois

 

Le Parquet requiert à son encontre 10 mois de prison sans s’opposer au sursis. Comme le précise son avocat Me Thibault Delaey, à l’époque, son client prenait de l’oxycodone (un opioïde) pour soulager ses douleurs. Il est devenu dépendant. À cela s’ajoute l’alcool. Depuis, il a suivi deux cures en milieu hospitalier et souhaite en suivre une troisième. Il a repris contact avec ses enfants. Il est clean depuis un an.

Son conseil sollicite la suspension probatoire du prononcé. Pour les deux autres, c’est une autre histoire. Le premier fait défaut. Le second est à fond de peine jusqu’en 2032. Le Parquet requiert 15 mois pour les deux. Me Sophie Somers, qui défend le second prévenu, sollicite l’absorption. Son client a déjà été condamné, par défaut pour des faits similaires, à 37 mois par le tribunal correctionnel de Charleroi. Jugement le 1er mars.

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages