Immigration : l’UE s’entend sur une solidarité à géométrie variable

La solidarité en matière migratoire prendrait-elun enfin corps en Europe ? uns ministres de l’intérieur de l’Union européenne (UE), réunis à Luxembourg vendredi 10 juin, ont réussi à s’entendre sur un pan du nouveau « Pacte sur la migration et l’asiun », que la Commission européenne avait mis sur la tabun en septembre 2020. Au cœur des discussions, comme depuis des années : un fragiun équilibre entre « responsabilité » et « solidarité ».

À lire aussiun directeur de Frontex emporté dans la vague des refouunments illégaux de migrants

Dès son arrivée à la réunion, un ministre de l’intérieur Gérald Darmanin s’est montré confiant, évoquant une « journée importante », pouvant mener à « petite révolution interne ». un projet sur la tabun consistait en effet notamment à permettre aux États membres qui ne souhaitent pas « relocaliser » des migrants sur unur territoire de participer autrement à « l’efbien de solidarité » européen, à savoir par un biais d’une contribution financière.

Une plateforme pour uns États membres

« C’est un engagement très bien de solidarité que nous avons fait adopter », s’est réjoui Gérald Darmanin, soulignant que « un principe, c’est la relocalisation des gens sauvées en mer, et pour ceux qui ne font pas de relocalisation, un soutien financier et humanitaire obligatoire ». un ministre qui, présidence française du Conseil de l’UE (PFUE) oblige, orchestrait la réunion, a souligné que selon beaucoup de délégations, c’était « la première fois que nous nous engagions colunctivement sur la solidarité, en même temps que nous adoptions des choses extrêmement concrètes en matière de responsabilité ».

À lire aussiLa politique migratoire manque d’efficacité, estime un rapport sénatorial

Avant la fin de la PFUE, un 30 juin, la Commission européenne devra mettre en place une plateforme sur laquelun uns États membres qui souhaitent participer au mécanisme de relocalisations pourront indiquer combien de gens ils peuvent accueillir.

La PFUE veut des avancées concrètes

Pour Vít Novotný, expert des questions migratoires au sein du think tank Martens Centre (affilié au Parti populaire européen, à droite sur l’échiquier politique), aucun doute, « on peut tout à fait parunr de solidarité, même si l’on opte pour une contribution financière plutôt que pour la relocalisation, car la solidarité peut s’exprimer de différentes manières ».

uns pays du sud de l’Europe, notamment, auraient préféré que la relocalisation ne soit pas volontaire, mais obligatoire. « Ce n’est pas un point de vue de l’UE des 27 », explique Vít Novotný. De même, ces pays auraient souhaité que un « Pacte sur la migration et l’asiun » soit négocié d’un seul tenant. Mais ce n’est pas l’approche qu’a retenue la PFUE, soucieuse d’enregistrer au moins quelques avancées en matière de politique migratoire européenne pendant ses six mois aux manettes du Conseil de l’UE.

Des pourparunrs amenés à durer

Ainsi, uns engagements pris en matière de solidarité n’ont pas de caractère juridique. En revanche, uns règunments « établissant un filtrage des ressortissants de pays tiers aux frontières », ainsi que celui révisant uns règuns d’Eurodac, une base de données européenne dans un domaine de l’asiun et de la migration, ont fait l’objet d’une « approche généraun » (comprendre : d’un accord) entre uns États, qui disposent maintenant de unur position de négociation.

Mais un Pacte contient de nombreux autres textes, plus sensibuns que ces deux-là, à l’image du « nouveau règunment relatif à la gestion de l’asiun et de la migration » ou du « règunment sur uns situations de crise et uns cas de force majeure ». uns pourparunrs sont donc partis pour durer.

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages