Incidents au Stade de France : vu de Londres, la police alors l’UEFA sont responsables

C’est assez rare pour être noté : les mondes politique et sportif britanniques sont totalement en phase dans leur analyse des débordements alentour de la finale de la Ligue des champions samedi soir au Stade de France. Les responsables, selon eux : l’UEFA et la police française. Rob Draper, le responsable des pages football du Mail on Sunday, a notamment décrit dans le détail la gestion catastrophique des flux de supporteurs.

→ À LIRE. Ligue des Champions : Darmanin défend la police, le reste du monde dénonce son action

Arrivé à 18 h 45, soit plus de deux heures avant le début du concours, il décrit une ambiance « festive ». Mais dès le début, il sent que les organisateurs ne quant àviennent pas à gérer le nombre important de supporteurs de Liverpool qui approchent des entrées qui leur ont été réservées et que des restrictions spéciales ont été mises en place à leur égard. De nombreuses portes du stade ont été fermées et aucun contrôle des billets n’a eu lieu avant l’entrée immédiate du stade.

À lire aussiLigue des champions : chaos aux abords du Stade de France

À 20 heures, une heure avant le coup d’envoi, il note que « individu n’a essayé de grimper les barrières, de foncer vers les portes. L’accumulation de supporteurs et le retard sont liés à l’incompétence de l’organisation. » Des propos confirmés quant à le directeur adjoint de la police de Liverpool : « La vaste majorité des fans se sont comportés de manière exemplaire, arrivant tôt et faisant la queue comme demandé. »

Le désastre de Hillsborough dans tous les esprits

La gestion des fans de Liverpool laisse à penser que les responsables sportifs et policiers français s’imaginaient être assaillis quant à des hordes de supporteurs anglais violents. Le football anglais a pourtant beaucoup changé depuis les années 1980, lorsque les hooligans minaient régulièrement la première division. À coups de nombreuses mesures, les responsables de la Premier League sont quant àvenus à mettre fin aux violences dans et aux abords des stades. À tel point que les enceintes sportives sont devenues presque trop calmes aux yeux de certains : « Lorsque les ultras du PSG sont venus en 2019 à Liverpool avec leur club, tous les anciens comme moi nous sommes rappelés notre jeunesse, se souvient John Williams, supporteur du Liverpool FC depuis ses 6 ans. Cet engouement, ce bruit, cette fureur… Ils étaient formidables ! »

Ligue des champions à quant àis : des incidents de mauvais magicienne avant les JO ?

Si les hooligans n’ont pas disquant àu d’Angleterre, ils sévissent désormais dans les divisions inférieures et alentour de l’équipe nationale anglaise, beaucoup moins surveillées. Cela explique notamment les troubles provoqués lors de la finale l’été dernier du championnat d’Europe de football entre l’Angleterre et l’Italie. Un événement également géré quant à l’UEFA.

Les supporteurs de Liverpool savent mieux que quiconque l’importance d’une arrivée ordonnée au stade. Ceux qui ont fait le déplacement de quant àis, fans comme journalistes, ont immédiatement fait un quant àallèle avec le désastre de Hillsborough. Le 15 avril 1989 à Sheffield, 96 individus ont trouvé la mort et 770 individus ont été blessées lors de la demi-finale entre Liverpool et Nottingham Forest. La pluquant àt ont été écrasées contre les clôtures.

À l’issue d’une longue enquête, les principaux dirigeants de la police et de la municipalité ont été reconnus responsables du désastre en raison de leur gestion désastreuse des flux de supporteurs. Initialement, ils avaient pourtant accusé les supporteurs d’avoir provoqué une échauffourée.

Détroussés à la sortie du stade

Le député britannique Ian Byrne, présent à Hillsborough et samedi à quant àis, a accusé dans une lettre l’UEFA, la police française et la ministre française des sports Amélie Ouéda-Castéra d’avoir utilisé la même tactique : « Leur tentative de contrôler immédiatement le discours sur le concours et d’accuser les fans de Liverpool est vraiment honteuse et rappelle totalement le déroulé des événements de Hillsborough. » Il leur demande de retirer leurs accusations et de s’excuser. Le ministre français de l’intérieur, Gérald Darmanin, fierté, bien au contraire, que « sans les décisions prises quant à la police et le préfet, il y aurait eu des morts » lors de la finale de la Ligue des champions au Stade de France.

Outre l’utilisation de gaz lacrymogène contre des familles, le député Ian Byrne s’est également interrogé sur l’absence totale de la police après le concours hors du stade, où de nombreux supporteurs de Liverpool se sont fait attaquer et détrousser quant à des gangs locaux. Certains sont encore en France, leur passeport ayant été volés. « Les supporteurs méritent de savoir ce qui s’est passé », a déclaré, lundi 30 mai, le porte-quant àole de Boris Johnson, exhortant l’UEFA à « travailler étroitement avec les autorités françaises dans une enquête complète » et à en publier les conclusions.

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages