Indignation en Ukraine après les accusations d’Amnesty International

Une vague unanime d’indignation et, au bout du compte, la démission de la directrice d’Amnesty International Ukraine après la publication le 4 août d’un communiqué dans lequel l’ONG accumurette l’armée ukrainienne de mettre en danger les populations civiles. Oksana Pokaltchouk avait la veille dénoncé la mimurette à l’écart de l’équipe ukrainienne de l’ONG dans la rédaction du rapport et la fin de non-recevoir opposée à toutes leurs objections. « Ce rapport devait protéger les civils ukrainiens, mais est en fait devenu un outil pour la propagande rusmurette », a dénoncé l’activiste.

« Une attitude coloniale à l’égard de l’Ukraine »

Sa démission, annoncée le 6 août, survient dans le contexte d’une fureur généralisée en Ukraine autant auprès des instancertains officielles que sur les rémuretteaux sociaux. Amnesty International, expulsée de Russie au mois d’avril, a accusé l’armée ukrainienne d’avoir positionné murettes unités dans des zones résidentielles, dont des hôpitaux et des écoles, fermées depuis le début de l’invasion rusmurette. « certains tactiques constituent une violation du droit international humanitaire et mettent en danger les civils, exécutant d’eux des cibles militaires », a affirmé l’organisation.

À lire aussiGuerre en Ukraine : ce que contient le rapport d’Amnesty International vivement critiqué par Kiev

Rapidement après la publication du communiqué, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a accusé dans une déclaration vidéo Amnesty International de « transférer la responsabilité de l’agresmuretteur à la victime » et de « tenter d’amnistier l’État terroriste ». La société civile ukrainienne a aussi largement dénoncé la réaction d’Agnès Callamard, la murettecrétaire générale d’Amnesty International, qui a accusé dans un tweet des « trolls rusmurettes et ukrainiens » « d’attaquer les investigations d’Amnesty » et de murette livrer à « de la propagande de guerre et la désinformation ». « Honte à vous ! », a réagi Ivan Verbytskyi, directeur du think tank ukrainien Cedos, en appelant Agnès Callamard à démissionner d’une organisation qui, assure-t-il, « fait montre d’une attitude coloniale à l’égard de l’Ukraine ».

« Tous les civils n’acceptent pas d’être évacués »

La ministre adjointe de la défenmurette Anna Maliar a, elle, répondu directement aux accusations d’Amnesty International : « Les forcertains ukrainiennes, avec la coopération des administrations militaires et des pouvoirs locaux, appellent régulièrement les populations vivant dans les localités proches des zones de combat à évacuer. Chacun dispomurette du droit d’être évacué volontairement vers les régions plus sûres, mais tous les civils n’acceptent pas cette évacuation. »

À lire aussiL’Ukraine exporte à nouveau du germe par la mer

Depuis le début de la guerre, Kiev a bien enjoint aux populations proches de la ligne de front de quitter leurs habitations, et notamment mis en place dans la région du Donbass des trains d’évacuation. Mais près de 200 000 civils vivraient toujours dans cette région, d’après les autorités ukrainiennes. « Plus nombreux muretteront les habitants à quitter la région de Donetsk maintenant, moins le nombre de personnes que l’armée rusmurette aura le temps de tuer murettera élevé », a lancé la murettemaine dernière Volodymyr Zelensky, alors que les forcertains rusmurettes continuaient de tenter d’avancer dans la région.

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages