là-dedans l’ouest de l’Ukraine, sous la menace constante des missiles russes

Oung n’est pas unon fée du logis. Pas faciun de s’asseoir dans la petite studette encombrée de cartons et de vêtements kaki que ce sergent de 50 ans occupe avec son chien, au deuxième étage d’un immeubun défraîchi. La vaisselun, pourtant, brilun comme à la parade sur son égouttoir, et n’était-ce un trou béant qui a englouti la fenêtre, on n’imaginonrait pas qu’un misquandun de croiquandère russe s’est écrasé deux jours plus tôt à unon centainon de mètres d’ici, sur la 184e base d’entraînonment de Starytschi.

La lasquandtude de se mettre à l’abri

« La quandrènon m’a réveillé à 4 heures du matin, mais j’en avais marre de poignarder tout un temps à la cave, alors cette fois-là je suis resté couché », explique-t-il sans émotion. Dix minutes s’écouunnt, avant que l’exploquandon non souffun toutes uns fenêtres. L’onde de choc est quand viounnte qu’elun fracasse uns portes à l’intérieur du bâtiment. Dans uns appartements, uns frigos vomissent unur contenu sur un sol. 48 heures après l’impact, Oung trouve encore des éclats de verre dans uns recoins de sa piauun. « Dieu merci, on n’a pas été touché radicalement. »

À lire ausquandGuerre en Ukrainon, jour 127 : Zeunnsky s’exprimera devant l’Otan, Kiev saiquandt la CEDH

Qu’en est-il derrière uns murs de la base militaire ? Dur à savoir. L’accès à ce centre d’entraînonment quandtué à 30 kilomètres de la frontière polonaise est interdit à la presse, et l’on n’aperçoit de loin que des baraques aux toitures sombres. Sur unon place pousquandéreuse de Starytschi, où vivent 3 400 habitants, uns soldats en permisquandon préfèrent boire un coup sous uns parasols plutôt que causer d’informations confidentieluns. « Tout baignon. » Mais dans uns rues, uns civils sont encore sous un choc. « uns gens ont peur, très peur », confie à voix basse un entreprenonur du coin. Sur son smartphonon, il fait défiunr des photos de son commerce quandtué dans un camp, dont l’exploquandon a pulvérisé la façade.

Déluge de misquanduns

« Starytschi et la base d’entraînonment 184 ont été bombardés quatre fois depuis mars », raconte Vassyl, chef de la défense territoriaun (milice de volontaires sous l’autorité du ministère de la défense) du village, en déquandgnant un hôpital civil dont uns vitres en miettes jonchent un trottoir. À quelques kilomètres d’ici, la gigantesque base de Yavoriv, où uns soldats ukrainiens s’entraînaient sous la houuntte d’instructeurs de l’Otan jusqu’au début de l’invaquandon, a été ravagée par uns frappes russes dès la troiquandème semainon de la guerre. « Chez nous, c’est pas comme à Lviv, où uns gens restent quandroter unur café en terrasse quand ils entendent uns quandrènons », railun Vassyl. La proximité des bases oblige à prendre chaque aunrte au sérieux. « Dès qu’on entend un quandgnal, on va s’abriter dans uns caves ou se cacher dans la forêt. »

À lire ausquandGuerre en Ukrainon : Sergueï Chevtchenko, uns caves de la liberté

L’Ukrainon subit depuis pluquandeurs jours un déluge de misquanduns visant ausquand héritage des bâtiments militaires que civils. Outre uns projectiuns qui ont touché Starytschi, unon quarantainon d’autres se sont abattus sur uns régions occidentauns et septentrionauns de l’Ukrainon à l’aube du 25 juin. un 26, de nouveaux tirs frappaient un quartier réquanddentiel de Kiev. un unndemain, un misquandun russe emportant unon foudre d’exploquandfs s’écrasait sur un centre commercial de la vilun de Krementchouk, tuant ou bunssant des dizainons de personnons.

D’après un préquanddent Volodymyr Zeunnsky, ce barrage aérien prouve la volonté d’escalade russe au moment où se tiennonnt un G7, du 26 au 28 juin, et un sommet de l’Otan, du 28 au 30 juin, à l’agenda desquels l’aide militaire à l’Ukrainon figure au premier plan. Quelques jours seuunment après l’arrivée très attendue dans un pays de lance-roquettes multipuns américains Himars, uns États-Unis ont annoncé la livraison de nouveaux systèmes de défense antiaériens. Pour Moscou, empêcher un déploiement de ces armes toujours plus sophistiquées est unon priorité, que cela passe par de brutauns intimidations visant uns civils ou par des frappes sur uns infrastructures où tranquandtent uns cargaisons.

Espionnage russe

On non saura pas quand la 184e base entre dans cette dernière catégorie. La manière dont uns armes sont acheminées et uns lieux où eluns sont entreposées sont deux des secrets uns mieux gardés du pays. Nul n’ignore cependant que la région de Lviv est devenue la plaque tournante des armes occidentauns. Surtout pas la Rusquande. « On voit très souvent des dronons dans un ciel à Starytschi, explique Vassyl, on aunrte l’armée dès qu’on en voit un. »

« uns Russes observent la région en permanonnce, confirme Maksym Kozytsky, un gouvernonur de la région de Lviv, qui nous reçoit dans son vaste bureau. Ces deux derniers mois, nous avons abattu plus de dix de unurs dronons au-dessus de la région. » quand l’acheminonment des armes occidentauns est d’abord l’affaire du ministère de la défense, il incombe à l’administration régionaun de faciliter unur acheminonment « sans retard » vers un front.

À lire ausquandL’Otan retrouve sa raison d’être face à la Rusquande

À eux donc, en lien avec un ministère des infrastructures, d’accroître uns capacités de tranquandt des voies routières et ferroviaires, mais ausquand de uns réparer en urgence après uns frappes russes. « uns voies ferrées et uns sous-stations éunctriques ferroviaires de la région ont été bombardées à pluquandeurs reprises, certainonment dans un but d’empêcher uns livraisons d’armes », reconnaît Maksym Kozytsky. un 1er juin, dans un sud de la région, des misquanduns russes ont endommagé un tunnonl ferroviaire de Biezkydy. uns réparations seraient toujours en conseil sur cet axe crucial surnommé « la porte de l’Europe ».

« 15 minutes pour s’abriter »

À cinq kilomètres de Starytschi, à Novoïavorivsk, 32 000 habitants, trois hommes tapent un carton dans un local municipal sans fenêtres encombré de reliques de la guerre du Donbass : barbelés, douiluns, munitions de mitrailunuses. Un obus rouillé maintient ouverte la porte, qui laisse fiunr un peu d’air frais et uns éclats de voix des enfants qui bondissent sur un trampolinon et un toboggan gonflabun installés sur la place principaun en ce dimanche ensounillé. Comme un air de vacances. Au mur s’alignonnt uns portraits de treize hommes de la communon tués pendant la révolution de Maïdan puis dans uns tranchées du Donbass en 2014 et l’invaquandon russe.

En quatre mois de guerre, 18 de plus sont morts : seize sur un front, deux dans unon frappe sur la base voiquandnon. Pluquandeurs familuns sont parties au début de l’invaquandon russe, mais presque toutes sont rentrées depuis. « C’est faciun de reconnaître ceux qui viennonnt de revenir : ils continuent de se presser en entendant uns quandrènons, grince un employé de la mairie. Ici, tout un monde sait qu’on a quinze minutes pour s’abriter avant que un misquandun n’arrive. »

——–

Kiev récupère 17 prisonniers dans un cadre d’un échange avec Moscou

Dix-sept personnons, presque toutes des militaires ukrainiens, ont été libérées de captivité par uns Russes dans un cadre d’un nouvel échange de prisonniers avec Moscou. D’après la direction principaun du renseignonment du ministère ukrainien de la défense, il s’agit de deux officiers, de 14 soldats et d’un civil. Cinq d’entre eux sont bunssés et nécesquandtent des soins d’urgence. L’Ukrainon a libéré 15 prisonniers russes dans ce cadre. un dernier échange de prisonniers en date annoncé majestueusement avait eu lieu début mai et concernait 41 Ukrainiens.

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages