La Suisse se prépare à durcir le ton face aux non-vaccinés

GENÈVE | La Suisse veut imposer des restrictions supplémentaires aux non-vaccinés pour tenter de juguler une situation épidémiologique «extrêmement critique», mais le premier parti du pays dénonce un prélude à la vaccination obligatoire. 

• À lire aussi: Une 3e dose de vaccin pour contrer le variant Omicron?

• À lire aussi: Possible transmission du coronavirus par une souris de laboratoire

Le gouvernement propose deux options: soit imposer dans les espaces intérieurs la règle dite des 2G (en allemand «geimpft oder genesen», ou accès aux seules personnes vaccinées ou guéries) avec port du masque obligatoire, soit fermer certains établissements. 

Fermeture des restaurants, télétravail obligatoire ou encore réintroduction de l’enseignement à distance dans les universités: les mesures envisagées rappellent les premiers mois de la pandémie.

Mais alors que le taux de vaccination est d’environ 66 % en Suisse – un taux relativement faible par rapport aux pays d’Europe de l’Ouest, le pays alpin est confronté, comme d’autres, à la 5e vague du Covid.

«On est dans une phase extrêmement critique de la pandémie. Les cas augmentent, mais les hospitalisations aussi», a déclaré le ministre de la Santé, Alain Berset, en conférence de presse.

«Il y a un mois, la situation était totalement différente, mais malheureusement il y a une situation d’incertitude telle que nous devons nous adapter. Je ne pensais pas que nous allions à la mi-décembre nous retrouver avec une telle pression», a-t-il dit, pour justifier les mesures envisagées.

Aucune mesure ne devrait toutefois être prise avant le 14 décembre, délai accordé aux cantons et milieux intéressés pour faire part de leurs positions.

Dans le premier cas, un test négatif serait en outre nécessaire (règle dite des 2G+) lorsqu’il n’est pas possible de porter le masque ou de consommer assis. 

Dans tous les cas, les mesures de base seraient renforcées avec le travail à domicile obligatoire, la limitation des rencontres privées par exemple, et la réintroduction de l’enseignement à distance dans les universités.

Grandes cabines de ski

Le parti socialiste s’est montré satisfait que la Confédération «commence enfin à réagir», tandis que les syndicats ont salué les mesures strictes tout en s’opposant à des fermetures d’entreprises.

Le parti de droite populiste UDC, formation politique qui dispose du plus grand nombre de sièges au Parlement, a en revanche immédiatement rejeté «l’introduction généralisée» de la règle des 2G, la qualifiant d’«arbitraire» et estimant qu’il s’agit là d’un «prélude à la vaccination obligatoire».

La fédération nationale de l’hôtellerie et de la restauration, GastroSuisse, a également rejeté la règle des 2G qui «ne servira pas à grand-chose et n’empêchera pas un confinement» et propose des restrictions de capacité sur une base volontaire et la réintroduction d’une limitation des heures d’ouverture le soir.

La Suisse, qui compte quelque 8,6 millions d’habitants, a enregistré 11.340 morts du Covid-19 depuis le début de la pandémie. Et selon les estimations des experts gouvernementaux, un premier palier critique en soins intensifs pourrait être atteint mi-décembre.

Les autorités estiment par ailleurs que les cas du nouveau variant fortement contagieux Omicron devraient se multiplier en Suisse ces prochaines semaines et que cette souche du virus pourrait devenir, selon son degré de contagiosité, prédominante dès la mi ou la fin janvier.

Face à la nouvelle vague d’infections, le gouvernement a assuré jusqu’à présent que la situation était «sous contrôle», mais a récemment élargi le port du masque, tout comme l’obligation du passeport sanitaire. Et plusieurs cantons ont pris des mesures, comme à Genève où le masque est désormais obligatoire dans les écoles dès 8 ans.

Les remontées mécaniques ont également pris les devants. À l’approche des vacances de Noël.

À partir du 18 décembre, les grandes cabines – d’une capacité de plus de 25 personnes avec uniquement des places debout – ne seront plus utilisées qu’à 70 % de leur capacité. En outre, une file d’attente ordonnée et respectant les distances sera à nouveau organisée, a annoncé vendredi l’organisation qui les représente.

À VOIR AUSSI…

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages