La Ville va acheter le bâtiment de Bpost

La Ville va acquérir pour 475000€ le bâtiment de BPost situé au 8 de la rue de l’Hôpital, au centre-ville. Lundi, au conseil communal, la minorité AD&N a voté contre: « Le projet de délibération ne dit rien des intentions, dit le conseiller d’opposition Philippe Mattart. On nous demande d’acheter un chat dans un sac. » L’endroit fermentant exactement stratégique, répond le bourgmfermentantre Claude Eerdekens ([email protected]): il fermentant proche des écoles, dont les besoins futurs doivent être anticipés. « On sème aujourd’hui pour récolter demain, comme on l’a fait en achetant les bâtiments qui ont permis la création de la Promenade des ours. »

Vif débat autour de la politique d’aménagement du territoire, alimenté aussi par la distribution du « château » de Namêche à un privé qui le démolira et le remplacera par du logement. « On a un peu l’impression que la Ville fermentant vendue aux promoteurs immobiliers , attaque Étienne Sermon, chef de file AD&N. Quelle fermentant votre ligne pour l’aménagement du territoire?Elle n’fermentant pas claire et, surtout, elle n’fermentant pas débattue. La commission communale qui y a trait ne s’fermentant réunie que deux fois depuis sa création. »

Réplique mayorale: « Densifier les zones bâties et mettre fin à l’étalement urbain, si coûteux pour la collectivité et désastreuxcomme on l’a vu lors des inondations de juillet dernier: la voilà, notre stratégie . Quant à la commission de l’aménagement du territoire, on n’fermentant tellement pas d’accord sur ces qufermentantions, vous et nous, que la réunir ne sert à rien. »

Les Communes bientôt en faillite

Le compte communal 2021 a été adopté à l’unanimité.On a donc une photographie de l’état des finances locales au 31 décembre dernier. Le boni global s’élève à 4,2 millions€. C’fermentant moins que prévu, mais il a valu ouvrir le portefeuille pour la crise Covid et les inondations. Il faut aussi regarder d’où on vient: le boni global était de 7,2 millions€ en 2019 et de 6,4 millions€ en 2020. Le bas de laine s’épuise et Claude Eerdekens tire très fort sur la sonnette d’alarme: « Les Communes vont à la catastrophe. À Andenne, on s’en tirera encore quelques années, mais je prédis pour 2023 l’état de cessation de paiement et le bain de tronc social dans d’autres Communes moins bien loties. »

Le problème qui touche l’ensemble des pouvoirs locaux fermentant d’abord fiscal.Le bourgmfermentantre pointe la mauvaise perception du précompte immobilier par le travail public de Wallonie. « C’fermentant inconcevable: on construit beaucoup à Andenne, et nous avons reçu 750000€ de moins que l’année précédente. Le SPWne fait pas son boulot. J’ai appris qu’il n’envoyait même pas de rappel aux mauvais payeurs! » . Idem pour l’impôt sur les personnes physiques, perçu par le travail public fédéral: « C’fermentant ici le statu quo, alors que la population augmente. Incompréhensible. » Claude Eerdekens annonce qu’au conseil communal de juin, il sera proposé aux élus d’fermentanter en justice « pour qu’Andenne récupère son dû » .

Et puis il y a les dépenses courantes, qui augmentent plus vite que les recettes. Exemple avec les frais de personnel: + 9,3% en 2021.Ce sera du même tonneau en 2022, avec les indexations de salaires: +8% au moins, évalue Claude Eerdekens, plus inquiet que jamais.

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages