« Le gorille qui se tape le torse, ça suffit »

Le MR estime que les 28,7 milliards estimés par le Gouvernement bruxellois pour rénover le bâti d’ici 2050 sont surévalués.

ÉdA – Julien RENSONNET

Le MR bruxellois propose des pistes pour endiguer les émissions de CO2 du bâti de la capitale. Pour sa cheffe de file Alexia Bertrand, « Ecolo ne propose rien dans le domaine ». Du côté du Gouvernement bruxellois, le Ministre de l’Environnement Alain Maron prépare un plan « Rénolution » pour le printemps 2022.

Suivre @JulienRENSONNET

Le bâti bruxellois, vieillissant, est responsable de 60% des émissions de CO2 à Bruxelles. « Comparé aux 27% (29% NDLR) du transport, c’est énorme. Moi, en tant que libérale obsédée par la cause climatique, ça m’empêche de dormir la nuit ». Aussi Alexia Bertrand s’étonne-t-elle que « depuis 2014, Écolo n’a déposé aucun texte concernant la rénovation du bâti ». Or, le Gouvernement bruxellois s’est engagé à réduire de 40% les émissions de CO2 d’ici 2030 et 90% d’ici 2050 (1). « C’est un travail de longue haleine. Il faudrait rénover 50 immeubles par jour. Et taper sur les grandes masses: les logements sociaux, vraies passoires énergétiques », estime la cheffe de groupe du MR bruxellois.

C’est un travail de longue haleine. Il faudrait rénover 50 immeubles par jour. Et taper sur les grandes masses.

Alexia Bertrand, cheffe de file du MR bruxellois, estime que la rénovation du bâti de la capitale «devrait être la priorité N°1 du Ministre Alain Maron».

MR

La libérale accuse le ministre bruxellois de l’énergie Alain Maron (Écolo) de n’avoir « rien proposé en termes de calendrier, de budget, de stratégie ». Et d’asséner, concernant le plan « Rénolution » du mandataire écologiste (lire cadrée): « Mettre les acteurs autour de la table, Céline Fremault l’avait fait avant lui. Le gorille qui se tape le torse, ça suffit ». Aussi Alexia Bertrand ébauche-t-elle la proposition de résolution de son parti, « un dossier de 50 pages », pour « ce qui devrait être la priorité N°1 d’Alain Maron ».

Un diagnostic par des coachs

Dans les plans du MR, un « cadastre énergétique de tous les bâtiments bruxellois ». Ce « diagnostic du bâti » serait effectué par des sortes de coachs qui présenteraient aux citoyens des « kits didactiques » rassemblant toutes les infos pour rénover et obtenir des primes. Il faut aussi « définir une norme énergétique à atteindre ». Exigences libérales encore: moderniser le PEB, « peu crédible et peu fiable », et surtout « simplifier les demandes administratives des citoyens ». Pour réussir tous ces objectifs, Alexia Bertrand plaide pour mieux exploiter le guichet Homegrade, « trop peu connu des Bruxellois ».

Nous proposons de financer la rénovation pour moitié via aides directes comme les primes ou réductions d’impôts, et pour moitié via prêts à taux zéro

Les incitants financiers de cette rénovation globale, le MR les envisage « pour moitié via aides directes, et pour l’autre moitié via prêts à taux zéro ». Primes énergie et rénovation sont fusionnées et « doivent être obtenues avant travaux ». Interviennent aussi des réductions de l’IPP ou du précompte immobilier et des baisses des droits d’enregistrement ou de succession « en fonction du PEB ».

D’où viendrait l’argent?

Pour financer ces mesures qui « doivent créer un mouvement » dans le secteur de la construction, Alexia Bertrand propose « un fond climat unique ». Il serait alimenté par les actuelles primes énergie (28 millions/an), les actuelles primes à la rénovation (10 millions/an) et la mise aux enchères des quotas de CO2 (± 20 millions/an). Autres sources de moyens: le fonds de relance européen (112 millions et 45 pour les écoles via la FWB), la fin des certificats verts (15 à 26 millions/an) et une meilleure régulation du marché de l’énergie « dont les fournisseurs perdent beaucoup d’argent en procédures sur les factures impayées » (35 millions/ an). Globalement, le MR estime que les 28,7 milliards calculés par le Gouvernement pour financer sa stratégie d’ici 2050, soit 956 millions annuels, sont surévalués. Les réformateurs tablent plutôt sur 400 millions par an.

Alexia Bertrand sait qu’il s’agit d’un dossier « complexe ». Aussi insiste-t-elle sur « l’adhésion citoyenne » qui doit être acquise via la formation et la collaboration avec le secteur privé. « Si on réussit, ça sera bon socialement, économiquement et pour l’environnement ».

+ (1) Selon la Déclaration de Politique Régionale du Gouvernement Vervoort, en 2019. Le calcul se fait par rapport à 2005.

Maron: « Tripler le taux de rénovation annuel »

Le ministre bruxellois de l’Environnement Alain Maron (Écolo) n’est évidemment pas d’accord avec la lecture du MR. « Ça fait des années que la Région travaille à la rénovation du bâti. Nous allons d’ailleurs rehausser nos objectifs de réduction des émissions jusqu’à 47% (2). Et le gros du paquet, c’est le bâti, pour chauffer et refroidir. Il faut donc changer d’échelle ». Aux accusations libérales selon lesquelles Écolo se croise les bras dans le domaine, il rétorque que « la rénovation du bâti ne passe pas par des textes législatifs, mais des augmentations budgétaires ».

Ainsi, le plan « Rénolution » d’Alain Maron sera présenté au printemps. « L’objectif est de tripler le taux de rénovation annuel. C’est un objectif colossal », concède l’écologiste. Qui a dès lors « mis tous les acteurs autour de la table: pouvoirs publics, associatif, propriétaires et locataires, construction, finance et partenaires sociaux ». Premières avancées: « des groupes de travail sont lancés ». C’est le cas sur le circulaire, mais aussi sur la méthodologie nécessaire pour réussir ce changement d’échelle.

350 millions supplémentaires

Alain Maron compte présenter sa stratégie «Rénolution» au printemps 2022.

BELGA

Rayon moyens, en plus du budget 2022, Alain Maron rappelle que 350 millions supplémentaires ont été budgétés dans le plan de relance du Gouvernement Vervoort. Ces moyens iront entre autres aux primes. 32 millions sont prévus en 2022. Maron: « les primes sont reparties à la hausse et n’ont jamais été aussi élevées qu’en 2021. Un nouveau portail sera lancé en mars: il s’agira d’un guichet unique pour les actuelles primes énergie et rénovation qui ne feront plus qu’une dès 2022 ». Voilà pour la simplification administrative. « Des moyens supplémentaires seront alloués à Homegrade ». Ce guichet Homegrade a déjà mis en place un « coach copropriété », dans l’esprit du « kit » proposé par les bleus: « Je prends ça comme un encouragement politique de la part du MR », glisse Alain Maron.

Autre axe renforcé par le budget dégagé: Rénoclick. « Il s’agit d’augmenter l’exemplarité des pouvoirs publics et de les soutenir dans la rénovation de leur bâti, y compris les communes ». D’après le Ministre, il y a là « la partie immergée de l’iceberg ».

Il faut s’attaquer d’abord aux passoires. On sait ainsi qu’un tiers des toitures bruxelloises ne sont pas isolées.

Quid d’une potentielle obligation de rénover? Maron reste prudent: « Il faut être efficace et juste ». D’où l’intention de miser sur les « moments charnière » que sont « les successions, les donations et les changements de propriétaires ». La volonté, c’est « de s’attaquer d’abord aux passoires. On sait ainsi qu’un tiers des toitures bruxelloises ne sont pas isolées: c’est une piste relativement peu onéreuse qui peut apporter un gain énorme ».

Justice sociale

Dans une optique de « justice sociale », le Gouvernement et sa secrétaire d’état au Logement Nawal Ben Hamou (PS) travaillent aussi à un soutien des propriétaires bailleurs qui ne générerait pas d’augmentation des loyers: « on peut imaginer une convention avec la Région pour accéder à l’aide », glisse Maron. Pour les revenus les plus faibles, Maron évoque aussi « un préfinancement des travaux jusqu’à 50% des coûts, via des prêts à 0% du Fonds du Logement ». Enfin, « des lignes budgétaires spécifiques » sont prévues pour le plan de rénovation des ensembles de logements sociaux.

L’argent public ne suffira pas: 1€ public investi doit générer 3, 5 ou 7€ de la part du privé.

Alain Maron reconnaît qu’ »il reste du travail pour activer l’épargne privée » puisque « l’argent public ne suffira pas: 1€ public investi doit générer 3, 5 ou 7€ de la part du privé ». Il répète donc comme ses adversaires politiques que cette stratégie Rénolution rencontre « des objectifs environnementaux, économiques et sociaux très importants ». Aucun ne primera. Et de conclure: « Notre ambition n’est certainement pas que le marché immobilier devienne encore plus inaccessible ».

+ (2) Et non plus 40% comme annoncé, pour se conformer aux nouveaux objectifs Belge fixés à -47% des émissions en 2030 par rapport à 2005.

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages