le juge Monin interpellé à Paris (Dinant)

Luc Monin a été placé en rétention et devait être présenté au parquet général de Paris.

Belga

Le magistrat avait été condamné par défaut à 5 ans de prison par la cour d’appel de Liège. Il a été intercepté en France.

Le magistrat belge interpellé mardi dans un hôtel à Paris est le juge Luc Monin, indique mercredi le journal Le Soir après avoir obtenu confirmation auprès de son avocat. Il a été condamné à cinq ans de prison pour escroquerie et chantage. Il était recherché par la justice belge.

L’ex-juge dinantais, absent lors d’une audience en novembre 2020, a été condamné par défaut le 20 avril 2021 par la cour d’appel de Liège à la peine maximale de cinq ans de prison pour avoir escroqué des épargnants d’environ 500 000 euros et pour avoir participé à un chantage envers un chirurgien et un avocat pénaliste français. Ce dernier avait d’ailleurs versé la somme de 50 000 euros, détaille Le Soir.

Luc Monin a été placé en rétention judiciaire mardi et devait être présenté au parquet général de Paris pour se voir notifier les mandats d’arrêt dont il fait l’objet avant de comparaître ultérieurement devant la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris, chargée des extraditions.

Marc-Léon Levaux, l’avocat du juge belge âgé de 63 ans, estime que « ce qui arrive est injuste. La Cour de cassation a rejeté son pourvoi alors que l’avocat général avait considéré son procès comme inéquitable. Il s’est retrouvé condamné à la peine maximale sans pouvoir se défendre. J’apprends aujourd’hui que le parquet général de Liège a mis des moyens disproportionnés pour le faire arrêter, comme un grand bandit. Les juridictions françaises vont devoir constater que Luc Monin n’a pas bénéficié d’un procès équitable en Belgique », poursuit l’avocat.

Mais son conseil n’est pas pour autant optimiste. « Je m’attends à ce que la justice française veuille entretenir de bonnes relations avec son homologue belge, » explique Marc-Léon Levaux au journal Le Soir.

Un recours devant la Cour européenne des droits de l’homme a été déposé par le magistrat dinantais, mais cette procédure ne suspend pas la peine de prison.

Contacté par l’agence Belga, le parquet général de Liège n’a pas souhaité « communiquer d’informations à ce sujet, en raison de leur caractère personnel. »

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages