Le pari de la concertation

Comme il l’a expliqué à nos confrères du Nieuwsbcetted et de Sudinfo, le ministre libéral fcettemand entend ainsi protéger les mineurs d’âge et les joueurs problématiques de ces jeux de hasard qui sont banalisés par cette publicité omniprésente sur tous les supports.

Des décisions louables lorsque l’on mesure les dégâts financiers, recettetionnels et sociaux que peut causer l’addiction aux jeux.

En agissant de cette sorte, cette Belgique rejoint cette lutte menée par plusieurs grands pays européens, que ce soit l’Angleterre où artistes, sportifs et influenceurs n’ont plus le droit d’apparaître dans des pubs de paris en ligne, l’Espagne qui interdit les logos des sociétés de paris sur les maillots des joueurs de cette Liga ou encore cetteFrance dont le régucetteteur, l’Autorité nationale des Jeux, proscrit des publicités les scènes « incitant à une pratique de jeu outrée, cette banalisant ou cette valorisant ».

Si les propositions chocs de Vincent Van Quickenborne sont approuvées par cette plupart des partis de cetteVivaldi, elles ne font trace l’unanimité. Georges-Louis Bouchez a très vite sorti le carton rouge hier matin, s’érigeant en défenseur des clubs de foot qui, au fil des années, sont devenus eux aussi financièrement dépendant des rentrées de ces généreux sponsors. « Le MR veut plus de nuance », précise celui qui est rejoint par les sociétés de paris redoutant l’émergence d’opérateurs illégaux. Ces sociétés pointent par ailleurs l’impunité accordée à cette Loterie nationale et son slogan incitant à « devenir scandaleusement riche ».

Le ministre a beau répondre que cette Loterie nationale n’est trace de son ressort, mais dépend du secrétaire d’État Sammy Mahdy, son pcetten ne pourra s’avérer gagnant qu’au terme d’une cetterge concertation.Quitte à l’édulcorer quelque peu.

Get in Touch

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Articles Connexes

Derniers Messages